Sections

Germain Barrette est déterminé à relancer Val-D'Irène


Publié le 11 octobre 2017

Germain Barrette se dit heureux de revenir aux commandes du Parc régional Val-D'Irène.

©Photo TC Media – Jean-Philippe Langlais

STATION. Sept ans après son départ de Val-D'Irène, le Saumonois Germain Barrette revient à ses anciennes amours et se dit prêt fournir les efforts nécessaires pour redresser la situation financière de la station.

Occupant le siège de directeur général du Parc régional Val-D'Irène depuis hier, Germain Barrette compte sur une imposante feuille de route dans le domaine du ski. Il a notamment fait partie de l'équipe canadienne de ski alpin en plus de porter le chapeau d'entraîneur. Après avoir quitté une première fois Val-D'Irène, il a agi comme directeur des opérations au Massif de Petite-Rivière-Saint-François et au Mont-Comi. C'est avec enthousiasme qu'il reprend le collier à Val-D'Irène.

C'est quelque chose qui n'est pas inconnu pour moi. Ce sera un beau défi.

Germain Barrette

« Ça me fait plaisir de revenir. Lorsque j'ai travaillé pour la première fois à Val-D'Irène, la station se relevait d'une faillite. C'est quelque chose qui n'est pas inconnu pour moi. Ce sera un beau défi. Je me sens d'attaque », affirme Germain Barrette d'un ton déterminé.

M. Barrette souligne que les sept dernières années auront été bénéfiques pour lui quant à l'expérience accumulée. « Tout ce bagage d'expérience que j'ai acquis, je peux le transmettre à nouveau à Val-D'Irène. À la suite de mon parcours dans le ski de compétition, Val-D'Irène est le premier endroit où j'ai travaillé. On a bâti quelque chose d'intéressant. On avait réussi à rentabiliser la station. Même lorsque j'étais à l'extérieur, je m'intéressais à ce qu'il s'y passait. »

Les tentatives de développer des activités sur quatre saisons se seront avérées risquées pour la santé financière de la station, si bien qu'elle a été confrontée à une dette dépassant le million de dollars à l'automne 2016. La station est toujours dans une situation de redressement. Pour M. Barrette, il faut revenir à la base. « Notre vision, maintenant, est surtout de développer au maximum la matière première qu'est le ski. Si cela va bien et qu'on est capable de faire des profits, on essaiera, tranquillement et sans trop exagérer, de faire une station quatre saisons. Toutefois, il faut être prudent et être certain de ne pas faire d'erreurs », souligne Germain Barrette.

Retour attendu

Le retour de Germain Barrette survient après des semaines où son nom circulait alors qu'il fallait combler le siège de directeur général de la station. La Ville d'Amqui avait d'ailleurs adopté une résolution demandant son retour à la direction générale du Parc régional Val-D'Irène. M. Barrette est à la fois conscient du défi et des attentes de la communauté matapédienne. Il dit vouloir miser sur le travail d'équipe, avec les employés en place.

« Je ne fais pas de miracles, mais je pense qu'avec les calculs que nous avons faits, le conseil d'administration et moi, c'est possible de rentabiliser la station. Je ne suis pas inquiet, les résultats seront là, à condition que Dame Nature soit de notre côté », souligne celui qui a récemment remporté le prix Réal-Boulanger, attribué pour sa grande contribution à l'industrie du ski.