Sections

Le procès de Réal Savoie reprend


Publié le 10 avril 2017

Me Éric Morin.

©TC Media – Frédéric Durand

JUSTICE. Avec un nouveau procureur à la barre de la poursuite, les audiences ont pu reprendre après trois semaines d’arrêt au procès devant juge et jury de Réal Savoie, ce matin au palais de justice de New Carlisle.

C’est le procureur en chef de la Direction des poursuites criminelles et pénales de l’Est-du-Québec, Me Éric Morin, qui a ainsi remplacé Me Gérald Maltais, qui a dû se retirer après avoir été victime d’un malaise cardiaque. Celui-ci demeure épaulé par la procureure Me Florence Frappier-Routhier.

« C’est inhabituel, mais ce n’est pas du jamais vu. J’ai pris le dossier en charge en relève de mon collègue, mais nous avions déjà des contacts à propos de cette cause depuis les derniers mois », indique-t-il.

Depuis, il a dû prendre connaissance du dossier plus en profondeur. « J’ai dû prendre connaissance de toute la preuve et des témoignages déjà présentés », note-t-il. Il préfère toutefois ne pas commenter les questions de stratégie. « Je vais réserver mes commentaires jusqu’à la fin des procédures », précise-t-il.

Reprise

Me Morin a donc repris là où Me Maltais a dû laisser. Comme le contre-interrogatoire de l’enquêteur principal, Guy Lebel, n’avait pas débuté, on lui a permis d’apporter quelques points additionnels, après quoi l’avocat de la Défense, Me Marcel Guérin, a contre-interrogé le témoin.

Me Guérin s’est principalement attaqué à la découverte d’un condom usagé découvert sur la scène de crime, élément mentionné dans le rapport de l’un des policiers, mais qui n’a jamais été trouvé parmi les éléments de preuve et n’a donc pu être analysé. « Je ne sais pas où il est. Je n’ai jamais été en possession du condom. Quelques jours plus tard, la preuve n’était plus utilisable », a indiqué le témoin.

En après-midi, le témoignage préenregistré du Dr André Bourgault a été entendu, et le rapport d’autopsie présenté.