Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

21 septembre 2022

Carolanne d'Astous Paquet - cdastous@lexismedia.ca

Retour sur le débat des candidats de Matane-Matapédia

ÉLECTIONS PROVINCIALES

élections matapédia

©photo l'Avant-Poste - Carolanne D'Astous Paquet

C’était soir de débat électoral à Amqui pour trois des cinq candidats présents pour l’occasion.

Les candidats de la circonscription de Matane-Matapédia ont croisé le fer hier soir à Amqui, dans le cadre d’un débat électoral organisé par la Corporation de développement communautaire, la chambre de commerce et la TVC de La Matapédia.

En vue des élections provinciales du 3 octobre, les candidats de Matane-Matapédia étaient invités à s’exprimer sur différents thèmes comme le développement économique, social et communautaire. Seuls trois des cinq candidats ont répondu à l’invitation, soit le député sortant Pascal Bérubé (Parti québécois), Marie-Phare Boucher (Québec solidaire) et Jean-Sébastien Barriault de la Coalition avenir Québec (CAQ).

Une absence remarquée

Pascal Bérubé n’a pas hésité à souligner l’absence des candidats manquants en ciblant particulièrement le représentant local du Parti conservateur du Québec (PCQ), Alexandre Leblanc. « Je veux saluer mes collègues d’être présents ce soir par respect pour les Matapédiens et Matapédiennes. Comme on parle de pandémie, il y a une candidature qui a des mots très durs sur nos trois candidatures et qui a choisi de rester chez lui à Sept-Îles aujourd’hui. La Matapédia mérite du respect, la moindre des choses aurait été de se présenter », a déclaré Pascal Bérubé lors du débat tenu à la salle Jean Cossette d’Amqui.  

Publicité

Défiler pour continuer

Le candidat du PCQ, qui était présent au débat de Matane le 13 septembre dernier, a toutefois invoqué des raisons familiales pour justifier son absence au débat d’Amqui. « […] Je veux avant tout m’excuser aux organisateurs de l’événement et aux électeurs de la Matapédia. Mon absence est de nature familiale. Je suis le type de personne qui aime bien trouver toutes sortes de solutions pour participer à un débat, un événement. Cette fois c’était impossible », a-t-il laissé en commentaires sous la captation vidéo du débat diffusé sur Facebook.

Rappelons que le Parti de Dominique Anglade n'apparaitra pas, jusqu’à nouvel ordre, sur le bulletin de vote de la circonscription puisque la fiche du candidat de Matane-Matapédia n'a pas été dûment remplie et déposée au directeur général des élections avant la date limite. Le candidat libéral, Harley Lounsbury, n’était donc pas présent pour débattre hier soir à Amqui. Le parti L'Union Fait la Force, ayant comme candidate Madeleine Rose, n’était pas de la partie non plus.

L’économie comme premier thème

Les grands enjeux économiques tels l’inflation, la pénurie de main-d’œuvre et la crise du logement ont été abordés d’entrée de jeu. Questionnés sur leurs intentions vis-à-vis la relance économique post-pandémique, les candidats se sont relayés pour discuter des propositions de leur parti politique respectif. Pour pallier le manque de main-d’œuvre, Jean-Sébastien Barriault de la CAQ propose de miser sur la requalification : un concept d’accompagnement financier pour aider les Québécois à se doter de nouvelles formations et compétences. « Il y a des budgets qui ont été prévus pour requalifier 170 000 travailleurs dans les secteurs clés de notre économie notamment dans la construction, car on a besoin de ces gens-là pour bâtir des logements. »

Marie-Phare Boucher de Québec solidaire (QS) a profité de l’occasion pour faire remarquer la corrélation entre le manque de place en garderie et la pénurie de main-d’œuvre. « Cet enjeu prive notre marché du travail de personnes compétentes qui aimeraient retourner sur le marché du travail. Je crois que c’est important qu’on mise sur l’accessibilité aux places en CPE par la mise en place de micros CPE en optant pour des locaux existants et non de grandes constructions », a-t-elle fait valoir en parlant surtout des mères forcées de rester à la maison, faute de garderie.

Tout comme Québec solidaire, le Parti québécois propose une augmentation du salaire minimum en offrant des allocations ponctuelles aux familles moins fortunées pour contrer l’inflation. « Le Parti québécois propose une allocation pour y faire face de 1200 $ pour les personnes qui gagnent moins de 50 000 $, 750 $ pour ceux qui gagnent entre 50 000 $ et 80 000 $ », a expliqué son représentant, Pascal Bérubé. « L’économie c’est également de bons emplois bien payés. J’ai rencontré cet après-midi Marc Thériault, qui avec son collègue, propose qu’on rapatrie les emplois de la fonction publique ici. Je veux m’assurer d’abord et avant tout que les emplois soient dans La Matapédia », a-t-il rajouté en donnant l’occasion à ses collègues de souligner le peu d’avancement dans ce dossier.

Sans surprise, l’enjeu de la mauvaise couverture du réseau cellulaire en région a fait l’objet de discussions. « Ça fait beaucoup trop longtemps qu’on attend pour avoir une couverture cellulaire qui a du sens », a lancé la candidate de QS. Pascal Bérubé a poursuivi la discussion en rappelant qu’il s’agit d’un enjeu fédéral. « La téléphonie cellulaire, c’est fédéral. On en a entendu parler pendant la campagne, mais le gouvernement du Canada a un rôle à jouer. » Jean-Sébastien Barriault a poursuivi dans le même sens. « Comme le disait monsieur Bérubé, le CRTC travaille avec des compagnies privées comme Telus et Videotron pour amener le réseau cellulaire dans certaines zones. Le provincial a son mot à dire. »

Le milieu communautaire à bout de souffle

Fortement sollicité depuis la pandémie, le milieu communautaire doit concilier avec le manque de ressources et l’augmentation des besoins de la population, notamment en matière de santé mentale et d’aide alimentaire. Invités à solutionner sur ces enjeux sociaux, tous s’entendaient pour dire que les salaires doivent être indexés. « J’ai contacté la ministre Isabelle Charest, je lui ai dit il faut augmenter de façon considérable le support à l’action bénévole maintenant et émettre les chèques rapidement dans les semaines à venir. Cela nous a permis de donner 10 000 $ à Moisson Vallée et au Centre de femmes », a révélé Pascal Bérubé. Le candidat de la CAQ a pour sa part fait valoir les sommes investies par son parti dans les programmes communautaires (127 M$) et les banques alimentaires (20 M$).

L’agriculture : une grande oubliée

Pascal Bérubé a soulevé son intention de poursuivre le soutien aux initiatives d’achat local. Jean-Sébastien Barriault est allé dans le même ordre d’idée en parlant du plan d’achat local proposé par la CAQ. « 50 % des institutions ont adopté le plan, on vise le 100 % d’ici 2025. » Quant à Québec solidaire, le parti vise 70 % de contenus québécois dans les assiettes des institutions comme les hôpitaux, CHSLD et CPE. Dans un angle plus local, Marie-Phare Boucher a saisi l’occasion d’aborder ses préoccupations face à l’avenir de la relève agricole. « L’agriculture c’est vraiment un sujet qui me tient à cœur de part ma formation, ma profession […] Je veux absolument qu’on assouplisse le fonctionnement de la Commission de la Protection du Territoire Agricole du Québec. C’est très difficile de morceler une terre pour pouvoir y établir une petite ferme de la relève. »

La centralisation des soins de santé toujours critiquée

Visiblement, la centralisation des services de santé vers les grands centres, plus particulièrement à Rimouski, représente un enjeu de longue date. Le député Pascal Bérubé a su démontrer son leadership à travers divers dossiers du domaine de la santé en région. « Pour les accouchements, il faut sécuriser le bloc opératoire, ce qu’on a fait dans les dernières années avec les chirurgiens et les anesthésistes. C’est réglé pour Matane et Amqui. Je suis même intervenu dans deux cas pour recruter des chirurgiens, notamment un de Chicago. »

« Il faut ramener du monde imputable dans les directions de nos établissements. Que ce soit dans les CLSC, les hôpitaux, on veut des gens qui vont décider pour Amqui, pour les gens de Matane »

-Jean-Sébastien Barriault, CAQ

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média