Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

08 septembre 2022

Carolanne d'Astous Paquet - cdastous@lexismedia.ca

Cinq initiatives matapédiennes pour manger plus « local »

LA MATAPÉDIA

vrac vallée

©Photo l’Avant-Poste – Carolanne D’Astous Paquet

Vrac Vallée est la toute première épicerie en vrac à voir le jour dans La Matapédia.

Avec l’inflation, les produits locaux deviennent de plus en plus concurrentiels sur le marché et les consommateurs tendent à opter davantage pour l’achat local. Dans La Matapédia, on assiste à la naissance de nombreux projets communautaires et entrepreneuriaux qui s’inscrivent dans une démarche de développement durable et d’autonomie locale. Votre journal local a répertorié cinq de ces nouvelles initiatives prometteuses.

Des espaces nourriciers pour la communauté

Des jardins nourriciers prodiguant fruits de saison seront aménagés en septembre dans plusieurs municipalités matapédiennes grâce à l’initiative « Bien manger pour tout le monde », portée par les co-chargés en développement alimentaire Sophie Nicole et Caroline Chicoine. Un total de 120 arbres et arbustes fruitiers seront plantés en septembre, ces espaces ayant pour but de lutter contre la pauvreté et l’insécurité alimentaire.

La plantation se déroulera sous forme d’activités dans les huit municipalités concernées, soit Val-Brillant, Sayabec, Saint-Noël, Lac-Humqui, Saint-Léon-le-Grand, Saint-Vianney, Albertville et Saint-Alexandre-des-Lacs. Les instigatrices du projet invitent les citoyens à mettre la main à la pâte en se joignant à l’activité de plantation. 

sophie nicole

©Photo Gracieuseté

Les co-chargés en développement alimentaire Sophie Nicole et Caroline Chicoine.

« Apportez votre pelle ronde et venez participer à la plantation d’arbres et arbustes fruitiers dans votre municipalité. »

Pour connaître l’heure et la date de chacune des activités, veuillez consulter la page Facebook professionnelle de Sophie Nicole et Caroline Chicoine. D’autres initiatives de la sorte découleront du florissant projet « Bien manger pour tout le monde ». D’ailleurs, une dizaine de familles ont reçu un panier de légumes frais grâce à une collaboration avec Fleurons Maraîchers et la Ferme des cinq sens inc.

Une épicerie zéro déchet

La volonté de réduire sa production de déchets ménagers et recyclables prend de l’ampleur et l’achat en vrac est l’une des solutions prisées. La toute première épicerie matapédienne spécialisée dans la vente de produits en vrac a d’ailleurs ouvert ses portes ce printemps à Amqui, dans l’ancien local du restaurant La Gourmandise. Le commerce « Vrac Vallée » qui a pignon sur rue sur le boulevard Saint-Benoit offre une belle variété de produits : noix, fruits séchés, pâtes alimentaires, farines, huiles, épices, thés, tisanes, produits ménagers et plus encore.

« C’est quelque chose que je souhaitais dans la région, je me suis dit je ne dois pas être la seule alors j’ai réalisé un sondage pour connaître l’intérêt des gens. Cela semblait bien accueilli, les gens sont de plus en plus sensibles à la cause environnementale », explique la co-propriétaire Marie-Claude Leblanc. Le principe est simple : il suffit d’apporter ses contenants qui seront pesés sur place pour ensuite les remplir d’aliments ou de produits en vrac.

Publicité

Défiler pour continuer

Certes, cette pratique est une belle façon de réduire les déchets à la source tout en encourageant l’achat local. « Il faut y aller une petite étape à la fois, il ne faut pas essayer de tout changer nos habitudes. Il y a des choses que nous n’avons pas le choix d’acheter emballées. C’est de venir faire un tour pour s’équiper en produits de base, cela revient même souvent plus économique », conclut l’entrepreneure.  

Une serre à vocation écoresponsable et durable

L’entreprise Fleurons maraîchers de Lac-Humqui est une nouvelle venue dans la vente de plants et de légumes en serre sur le territoire matapédien. Parmi ses particularités, la serre de Fleurons Maraîchers sera opérée à l’année, à l’exception de janvier, ce qui permettra d’offrir des légumes locaux et hivernaux comme les épinards. « On veut contribuer à l’autonomie alimentaire matapédienne. Les gens pourront s’alimenter de produits frais à prix raisonnable », explique la propriétaire de l’entreprise et horticultrice Ursane Rioux. Autre fait intéressant, Fleurons Maraîchers intègre des valeurs environnementales en priorisant des techniques comme le presse-motte pour le démarrage de semis, une alternative au plastique. Pour plus d’informations, veuillez visiter la page Facebook de l’entreprise.

Un marché mobile de produits locaux

Avec la pandémie et le phénomène de l’inflation, l’achat local devient une alternative de plus en plus considérée. En ce sens, la MRC de La Matapédia a lancé un « Marché Nomade » pour inciter les consommateurs à découvrir les produits d’ici. Rassemblant une vingtaine de producteurs et transformateurs matapédiens, le Marché Nomade se déplace aux quatre coins de la MRC pour aller à la rencontre de la population dans des lieux emblématiques du territoire. Le prochain arrêt sera le 17 septembre prochain à la passerelle J.-Napoléon-Pérusse d’Amqui.

Un nouveau service pour éviter le gaspillage alimentaire

Faisant l’objet d’une pénurie comme bien d’autres domaines professionnels, le métier de boucher est en voie d’extinction alors que la demande, quant à elle, augmente. Avec la hausse du panier d’épicerie, de plus en plus de consommateurs se tournent vers l’achat de proximité en se procurant notamment de la viande locale. Constatant les besoins grandissants dans La Matapédia, Julien Verreault de Saint-Vianney a décidé de lancer sa propre entreprise spécialisée en coupe de viande sauvage et d’animaux de ferme et ce, dans son village natal.

Le nouveau bâtiment, qui ouvrira ses portes à temps pour la période de chasse, abritera tous les services nécessaires à la préparation de la viande : l'écorchage, le dépeçage, la congélation, l'entreposage jusqu’à la transformation. « C’est un domaine qui me parle beaucoup, je gravite dans cet univers-là depuis mon enfance, j’ai été guide de chasse et je constate que le besoin est tellement grand. J’ai un souci au niveau du gaspillage alimentaire, je trouvais ça important d’ajouter de nouveaux services en région pour éviter de refuser davantage de bêtes en centre de débitage », révèle le propriétaire du Centre de débitage Viannois Inc. 

julien Verreault

©Photo Gracieuseté

Âgé de 30 ans, Julien Verreault s’apprête à ouvrir les portes de son nouveau centre de débitage.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média