Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

23 juin 2022

Carolanne d'Astous Paquet - cdastous@lexismedia.ca

La rivière Causapscal pourrait devenir une aire protégée

ENVIRONNEMENT

causapscal

©Photo Facebook - Hooké

Reconnue mondialement pour la taille de ses saumons, la rivière Causapscal est ciblée par une future mise en réserve à des fins d’aire protégée.

Dans l’optique de conserver le patrimoine naturel en province, le gouvernement du Québec annonce l'intention de mettre en réserve 11 nouveaux territoires, dont trois secteurs du Bas-Saint-Laurent susceptibles de devenir des aires protégées.

Le ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques a fait connaître les trois territoires bas-laurentiens qui pourraient éventuellement se voir attribuer le statut d’aire protégée. En effet, la réserve Duchénier, la rivière Cascapédia, qui se situe entre le Bas-Saint-Laurent et la région Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine ainsi que la rivière Causapscal (MRC de La Matapédia) sont ciblées par un futur projet de protection des milieux humides.

Comme le stipule la Loi sur la conservation du patrimoine naturel, une aire protégée est un espace géographique, clairement défini, où la conservation de la nature, des espèces et le respect des écosystèmes sont priorisés. Toute activité réalisée dans une aire protégée doit alors s’assurer de préserver et de respecter le caractère biologique essentiel du milieu. En d’autres mots, une aire protégée se voit immunisée contre toute activité industrielle d’exploitation des ressources naturelles, telle l’exploitation pétrolière et forestière.

Un atout pour le patrimoine saumon en région

La CGRMP, qui gère la Réserve faunique des rivières Matapédia-et-Patapédia, de la Réserve faunique de Dunière et du Site des Chutes et Marais, voit cette annonce d’un bon œil. « La bonne qualité de l’eau, c’est garant de la santé de nos saumons, et par le fait même, des activités de pêche dans notre région. Donc que l’un de nos sites soit candidat pour devenir une aire protégée, c’est très positif pour nous et c’est bien accueilli évidemment », exprime la directrice générale de la CGRMP, Michelle Lévesque.

Rappelons que trois autres territoires de la région, soit les Chic-Chocs, la rivière Assemetquagan et la rivière Patapédia, ont été désignés à titre de réserves de territoire à des fins d’aire protégée en décembre 2020.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média