Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

26 mai 2022

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Les paramédics reviennent à la charge contre les horaires de faction

BAS-SAINT-LAURENT ET GASPÉSIE

Paramédics

©Photo Dominique Fortier - L'Avant-Poste

Des paramédics de Matane se sont joints au mouvement régional pour réclamer la fin des horaires de faction.

Les paramédics de l'Est-du-Québec reviennent à la charge contre le gouvernement du Québec pour demander la fin des horaires de faction.

Cette revendication qui remonte à plusieurs années revient sur le tapis alors que le ministère de la Santé et des Services sociaux avait laissé entrevoir que la moitié des 100 horaires de faction toujours en vigueur serait transformées incessamment. C'était le 14 avril dernier lors d'un entretien avec le syndicat de la Fédération des employés du préhospitalier du Québec (FPHQ) et Paul Lévesque, directeur général des services préhospitaliers au gouvernement du Québec.

Le problème, selon Jérémie Landry, vice-président aux relations de travail à la FPHQ, est que ces transformations tant attendues seraient conditionnelles au renouvellement de la convention collective qui fait actuellement l'objet de négociations. C'est du moins ce qui aurait été sous-entendu lors de la rencontre entre le syndicat et le gouvernement. « Ce sont deux dossiers entièrement différents et l'un ne devrait pas dépendre de l'autre. Ça vient mettre une énorme pression pour entériner une entente de principe à rabais afin d'espérer obtenir des horaires réguliers. »

Les craintes se sont confirmés lorsque les employés affiliés à la CSN ont conclu une entente de principe qui a découlé sur une annonce de transformation d'horaires de factions quelques jours plus tard. Jérémie Landry déplore cette façon de faire et rappelle que ce sont les gens qui ont besoin de services d'urgence qui sont les premiers à faire les frais des horaires de faction puisque les temps de réaction sont moins rapides. « De plus, les jeunes paramédics qui sortent des écoles ne sont pas intéressés par ce type d'horaire, donc les régions qui ont toujours de la faction deviennent moins attrayantes pour les futurs ambulanciers », ajoute Jérémie Landry.

La FPHQ rappelle aussi que le message envoyé par le premier ministre, François Legault lors de son récent passage à Rivière-du-Loup n'est pas du tout le même que celui entendu autour de la table des négociations. « Est-ce que le message s'est vraiment rendu jusque sur le terrain? Chose certaine, nous n'avons pas actuellement l'impression que les paroles du premier ministre se traduisent en gestes concrets chez son équipe de négociation », déplore le vice-président de la FPHQ.

Rappelons qu'horaire de faction fonctionne sous le principe du 24/7, soit que les ambulanciers doivent être disponibles 24 heures sur 24 pendant 7 jours en cas d'un appel d'urgence tout en étant payé que 11.43 heures au total. Cette contrainte force les ambulanciers à élire domicile à cinq minutes de la caserne et, évidemment, à être disponible en tout temps. Les ambulanciers décrient ce type d'horaire jugé archaïque depuis des années, estimant que le temps de réponse et plus long et compromet la sécurité de la population.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média