Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

17 mars 2022

Carolanne d'Astous Paquet - cdastous@lexismedia.ca

La MRC de La Matapédia rééquilibre le pouvoir des municipalités

POLITIQUE MUNICIPALE

séance conseil MRC Matapédia

©Photo archives l’Avant-Poste – Carolanne D’Astous Paquet

Les trois municipalités les plus peuplées de La Matapédia ont regagné leur place à la table du comité administratif.

À la demande de certaines municipalités, la MRC de La Matapédia a procédé à des changements dans la composition du comité administratif et la répartition des voix lors de votes.

À la suite des recommandations émises par le Ministère des Affaires municipales et de l'Habitation (MAMH), le conseil des maires de la MRC a adopté sa nouvelle réforme du comité administratif. C’est que l’ancienne structure octroyait une voix à chacune des 18 municipalités de la MRC à la table des décisions. Or, avec les changements apportés, chaque municipalité possède désormais un poids décisionnel d’une voix par tranche de 1500 habitants. Une plue-value pour les municipalités les plus populeuses. 

La Ville d’Amqui fait donc un gain de trois voix, pour un total de quatre. La municipalité de Sayabec et la Ville de Causapscal obtiennent chacune deux voix. Notons que cette nouvelle réforme fixe la barre maximale à quatre voix. Si les trois plus grandes municipalités s’étaient vues exclues du processus de vote dans la structure précédente, voilà que Sayabec, Amqui et Causapscal regagnent du poids décisionnel. Les maires de Sayabec et de Causapscal se partagent donc le siège #4 du comité administratif de la MRC, alors que la Ville d’Amqui accède au siège #3, tout juste après le préfet suppléant.

Une décision unanime

Après plusieurs mois de discussions et de réflexions, la préfete de la MRC se réjouit que les membres du conseil aient pu arriver à un consensus. « Ça n’a pas toujours été des discussions tranquilles. Il fallait faire l’exercice et nous l’avons fait dans le respect, malgré les divergences. […] Peut-être que dans 5 ans ou 10 ans, d’autres feront la réflexion et arriveront à d’autres conclusions, mais dans le contexte où nous étions, c’était approprié. Les gens étaient unanimes autour de la décision », déclare la porte-parole de la MRC, madame Chantale Lavoie, préfète. Rappelons que l’ancien maire d’Amqui, Pierre D’Amours, en avait fait son cheval de bataille durant son mandat.

Avec la nouvelle réforme, les sept représentants de la MRC seront également amenés à intégrer de nouvelles façons de faire. « Cette réforme apporte beaucoup plus de rigueur au niveau des procédures, des réunions, au niveau des règlements », précise le maire de Sayabec, Marcel Belzile. Toute décision impliquant un vote sera prise à la double majorité, ce principe est donc maintenu dans cette nouvelle réforme.

Une méthode de calcul questionnée

Certains observateurs de la scène politique municipale remettent toutefois en question le mode de calcul priorisé par la MRC pour répartir les voix lors de votes. Selon Gaëtan Ruest, ancien maire de la Ville d’Amqui, cette méthode de calcul laisserait les municipalités les plus populeuses, plus particulièrement celle d’Amqui, dans une position désavantageuse.

« En prenant le chiffre de 1 500 habitants pour justifier un vote, la Ville d’Amqui se retrouve avec 4 votes sur un total de 23 pour l’ensemble des 18 municipalités! Soit à peine 17.39 % du vote total alors qu’Amqui, avec ses 6 145 citoyen(ne)s sur les 17 816 au total pour les 18 municipalités matapédiennes, représente 34.49 % de la population totale. Donc, avec ce tout nouveau mode de calcul, le poids démographique RÉEL en termes de gouvernance au sein de la MRC de La Matapédia pour la Ville d’Amqui est et demeure, à peine à 50 % de ce qu’il devrait être », a-t-il déclaré sur sa page Facebook.

Quant à la mairesse de la Ville d’Amqui, Sylvie Blanchette, elle se dit plutôt satisfaite des modifications apportées au comité administratif. « Nous sommes passés de 1 à 4 voix, prenons ce qu’on a réussi à obtenir et allons de l’avant pour la suite », exprime-t-elle en soulignant le travail de son prédécesseur. Le même optimisme est observé chez la plupart des représentants concernés par ces changements. « Pour Sayabec, ce n’est pas venu changer grand-chose au niveau de la représentativité ou du poids électoral. […] Je vis très bien avec ça, dans la mesure où ça donne un poids aussi intéressant aux plus petites municipalités », laisse entendre le maire de Sayabec.

Quant au maire de Lac-au-Saumon, qui doit désormais partager son siège avec sept autres municipalités, rien ne semble ralentir son ambition pour gouverner la région. « Le meilleur argument ce n’est pas d’avoir un vote de plus, ce qui est important c’est d’avoir des bonnes discussions avec de bons arguments, ça ne change pas grand-chose à mon avis », admet Gérard Grenier.  

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média