Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

07 février 2022

Carolanne d'Astous Paquet - cdastous@lexismedia.ca

Les bières de La Captive maintenant sur les tablettes

AMQUI

amqui

©Photo Gracieuseté – Microbrasserie La Captive

Le maître brasseur, Alexandre Pineau, et l’administrateur de La Captive, Jean-François Tremblay, exhibent fièrement le fruit de plusieurs mois de travail.

La Microbrasserie La Captive d’Amqui fait le grand saut en se lançant dans la commercialisation de bière artisanale.

Fort de ses 12 années d'existence, le brasseur matapédien fait son entrée sur le marché de la bière en bouteille, en misant sur cinq variétés populaires, dont « La Traître », une bière brune et « l'Alkatraz », une ambrée américaine, soit l’une des spécialités du maître brasseur Alexandre Pineau. Les produits brassicoles de cette première cuvée seront disponibles, dès ce vendredi, dans plusieurs commerces spécialisés du Québec. « Nous en aurons directement à La Captive. […] Nos points de vente principaux se trouvent à Carleton, Matane, Rimouski et Amqui », précise Jean-François Tremblay, l’un des propriétaires de l’entreprise, en ajoutant que d’autres bières signées La Captive seront éventuellement commercialisées.

Il s'agit d'une évolution naturelle pour La Captive, elle qui avait entamé la vente de cruchon de bière pour emporter au printemps 2020. Quelques mois plus tard, un projet de loi facilitant la commercialisation de bière artisanale a incité l'équipe à démarrer le projet d’embouteillage. « Avant ça, les lois ne permettaient pas à un artisan brasseur de vendre en dehors de ses murs. Dès qu’on a eu le feu vert pour vendre dans les épiceries et les dépanneurs, on s’est dit ‘GO’ on fonce », explique l’administrateur Jean-François Tremblay.

En route vers une production maximale

Publicité

Défiler pour continuer

Pour ce faire, l'entreprise matapédienne a investi 50 000 $ pour se doter de nouveaux équipements nécessaires à l’embouteillage, en plus d’ajouter quelques appareils de brassages supplémentaires. Pour Jean-François Tremblay, cet investissement est synonyme de pérennité pour son restaurant microbrasserie. « On souhaitait diversifier notre offre, c’est certain. On veut que La Captive demeure rayonnante encore longtemps. Pour une microbrasserie, c’était la manière évidente et visible de le faire. »

En ajoutant cette nouvelle corde à son arc, la microbrasserie matapédienne pourra désormais produire une plus grande quantité de bière. Jean-François Tremblay nous explique que l’embouteillage permettra de réaliser une production maximale tout au long de l’année, chose qui n’arrivait qu’en période touristique. « Durant l’hiver, le marché local est limité, la production est au ralenti. L'embouteillage de la bière va permettre à la microbrasserie de produire un volume maximal de bière en hiver. »

Les gestionnaires de la microbrasserie d’Amqui entrevoient des retombées positives avec ce nouveau projet qui accompagne le retour à la normale. D’ailleurs, ils ont été nombreux à se tourner vers le menu bistro et la bière artisanale de La Captive depuis sa réouverture. « Ça a commencé en force depuis notre réouverture mercredi. Cela a été un gros départ », se réjouit Jean-François Tremblay en remerciant sa précieuse clientèle d'être au rendez-vous. Rappelons que la vente des bières en bouteille débutera dès ce vendredi, le 11 févier.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média