Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

18 janvier 2022

Carolanne d'Astous Paquet - cdastous@lexismedia.ca

Faire une différence, une languette à la fois

FONDATION CLERMONT BONNENFANT

joel potvin

©Photo l’Avant-Poste – Carolanne D’Astous Paquet

Supporté par des dizaines de personnes, dont son oncle Carol, Joël Potvin a battu son propre record de collecte cette année.

Il y a cinq ans, Joël Potvin a pris l’initiative d’amasser des languettes de canette et des attaches à pain pour améliorer la qualité de vie des personnes à mobilité réduite.

Depuis ses 22 ans, Joël Potvin s’implique grandement dans la Fondation Clermont Bonnenfant, un organisme qui redonne une deuxième vie aux objets pour financer l’achat de fauteuils roulants. De passage au chalet familial de Val-Brillant, Joël et ses parents nous ont gentiment ouvert les portes de leur garage où sont entreposés des milliers de goupilles de canettes, ou de « pinouches », comme le dit si bien Joël. Avec l’aide de ses proches, le jeune homme a récolté cette année pas moins de 46 chaudières de 20 litres débordantes de goupilles et plusieurs sacs remplis d’attaches à pain. Il s’agit de la plus grande quantité jamais amassée pour le généreux Rimouskois. « Je suis fier de ça », lance-t-il.

 

L’impressionnante collecte de Joël sera bientôt acheminée vers Longueuil, comme le veut la tradition. L’ensemble des languettes d’aluminium et de plastique collectées seront ensuite vendues à des compagnies pour la transformation. Les sommes reçues en échange serviront à acheter de nouveaux fauteuils roulants manuels et électriques.

« L’an passé, Joël a ramassé assez de languettes pour acheter une chaise roulante », a précisé Carol Levasseur, l’oncle de Joël. Ayant doublé sa collecte en 2021, Joël et ses proches s’attendent à ce que la fondation puisse offrir au moins deux chaises cette année. L’apport de Joël est impressionnant, considérant qu’un total de 26 chaises, pouvant coûter entre 2 000 et 3 000 $, ont été achetées lors de la dernière collecte provinciale.

joel potvin

©Photo Gracieuseté

En redonnant une deuxième vie aux objets, Joël Potvin contribue à améliorer la qualité de vie des gens qui présentent, comme lui, une condition particulière.

Petit train va loin

Au fil du temps, l’aimable bénévole est parvenu à créer un vaste réseau de donateurs, tant au Québec qu’au Nouveau-Brunswick. « À chaque personne qu’il rencontre, il lui parle de son projet », affirme Jeannette, la mère de Joël. Il peut d’ailleurs compter sur la précieuse aide de ses proches qui sont devenus, eux aussi, impliqués dans cette noble cause. « Mon frère s’est lancé dans une compétition avec Joël, lequel va en ramasser le plus. Mon frère a ramassé 10 chaudières cinq galons remplies de languettes et 5 d’attaches à pain cette année », souligne fièrement Robert, le père de Joël.

Pour ce dernier, c’est bien plus qu’un hobby, c’est ni plus ni moins qu’un mode de vie. « Il s’occupe de son affaire, il est vaillant. Parfois, il reçoit des gros sacs mélangés de languettes et d’attaches et il fait lui-même le triage pendant des heures […] c’est devenu sa passion », explique Jeannette en rappelant qu’il a même déjà reçu un appel de Clermont Bonnenfant lui-même pour le féliciter. Rappelons que depuis sa création en 1998, la fondation a changé le quotidien de plusieurs centaines de Québécois.

Le jeune philanthrope déterminé entend poursuivre sa mission encore longtemps. Son souhait le plus cher : devenir un point de chute et gérer son propre entrepôt. Comme dirait le célèbre dicton « La différence entre le possible et l'impossible se trouve dans la détermination. »

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média