Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Personnalités inspirantes

Retour

17 janvier 2022

Carolanne d'Astous Paquet - cdastous@lexismedia.ca

Lucie-Rose : blogueuse influente et mère aimante

VAL-BRILLANT

lucie-rose

©Photo Facebook - Lucie-Rose

Originaire de Val-Brillant, la créatrice de contenu Lucie-Rose Lévesque a su se démarquer dans l’univers du marketing d’influence. Nous vous la présentons par le biais de notre chronique « personnalités inspirantes ».

Lucie-Rose Lévesque est un nom familier, non seulement pour les Matapédiens qui l’ont connu comme journaliste dans notre hebdo local jadis, mais pour les milliers d’abonnés à son blogue et ses réseaux sociaux. Journaliste de formation, la blogueuse native de Val-Brillant a su se forger une solide réputation dans l’univers du marketing d’influence, par la qualité de ses contenus notamment. Souvent citée parmi les blogueuses « chouchou » des Québécois, la mère de quatre enfants a gentiment accepté de répondre à nos questions, dans une période où elle devait concilier télétravail, école à la maison et déménagement !

Tu connais du succès comme blogueuse et comme représentante de marques, qu’est-ce qui t’a amené à faire du marketing d’influence ?

Je pense que cela s’est produit de fil en aiguille. Si on remonte à il y a 10 ans, quand j’ai commencé à bloguer, le marketing d’influence n’était même pas un terme qui était vraiment connu. (….) Représenter les marques, ça s’est fait aussi au fur et à mesure parce que je développais de superbes relations avec ces marques-là, avec qui je travaillais depuis longtemps. Elles m’ont demandé si je voulais représenter leur marque et travailler avec elles. Encore là, ça s’est fait naturellement et je te dirais que c’est le temps qui a amené tout ça.

Quand et comment es-tu parvenue à en vivre ?

Ça a pris un bon cinq ans avant que je commence à en tirer des revenus, et par la suite peut-être un an ou deux avant de pouvoir dire que j’en vivais officiellement. (…) Maintenant, toute la famille en vit parce que mon conjoint a quitté son emploi en 2021 pour se consacrer à mon entreprise et à s’occuper des enfants avec moi, car nos jumeaux sont à temps-plein à la maison. Mon chum c’est un partenaire exceptionnel, c’est maintenant lui qui prend les photos, c’est lui qui fait les vidéos. Avec la pandémie, j’ai dû m’éloigner de ma photographe car on devait limiter les contacts externes, donc c’est lui qui a pris le relai et ça va super bien.

Comment décrirais-tu ton blogue ? Quel genre de contenus favorises-tu ?

Je te dirais que je me décris vraiment « lifestyle », j’aime parler de tout parce que je suis une maman, j’ai différentes passions dans la vie et j’aime découvrir plein de sujets différents. Mon blogue se définit comme « lifestyle » parce que je parle autant de produits de beauté qui est toujours une passion initiale pour moi, mais j’aime autant parler de la déco, des trucs de maman, des recettes, etc.

Est-ce que l’identité de marque et les contenus de ton blogue ont évolué au fil du temps ?

Oui, mon contenu a énormément évolué parce que moi-même j’ai évolué en tant que personne, je ne suis plus la même qu’il y a 10 ans. Je trouvais cela important que le blogue suive vraiment ce que représente ma vie au quotidien. Il y a 10 ans, c’était un blogue mode/beauté, mes articles étaient consacrés à ces sujets-là. Puis, je suis devenue maman, donc je me suis mise à partager des conseils de maternité et je voyais que ma maison, mon décor suscitaient un intérêt donc j’ai décidé de rajouter ça dans le contenu. Je suis aussi très « foodie » donc j’ai cru intéressant de glisser quelques recettes ici et là.

Parmi tous les services marketing que tu offres, lequel est le plus convoité ?

Au départ, les marques achetaient davantage des articles de blogue, mais avec les nouvelles technologies, les marques se tournent vers les nouvelles plateformes. En ce moment, c’est très Instagram et très TikTok.

La technologie évolue si rapidement, comment parviens-tu à t’adapter et te démarquer dans le grand monde du marketing d’influence ?

Le marketing d’influence, j’en mange. C’est vraiment une passion. Je suis toujours à l’affût des nouveautés, de ce que je pourrais faire pour m’améliorer et pour me démarquer. Tout à l’heure je parlais de TikTok, c’est une plateforme relativement nouvelle. Quand j’ai vu que c’était super populaire, je me suis immédiatement lancée sur cette plateforme-là et j’ai réussi à devenir un peu « viral » et à aller chercher 1 million de « j’aime » et plusieurs milliers d’abonnés assez rapidement. Ça m’a permis d’aller chercher des contrats commandités sur TikTok.

À quoi ressemble une journée dans la peau de Lucie-Rose ?

Il n’y a aucune journée typique dans ma carrière, c’est ce que j’aime. Le matin je me lève, je passe du temps avec mes enfants. Ensuite, je prends mes courriels et je mets mon agenda à jour. Je dois gérer un agenda assez serré en raison des « deadlines » que j’ai pour créer du contenu ou des mises en ligne de contenu. Je fais aussi tout ce qui est facturation car je suis ma propre comptable également. Dans l’après-midi, souvent je vais aller créer mon contenu, c’est là que je vais faire mes photos, créer mes campagnes, faire mes « set up » et mes concepts pour les produits que j’ai à mettre de l’avant.

lucie-rose

©Photo Facebook - Lucie-Rose

Combien d’heures par semaine consacres-tu à ton travail ?

Je te dirais que c’est entre 30 à 40 heures par semaine. Avant c’était beaucoup plus que ça. Maintenant, je peux un peu concentrer mon travail (…) avant de réussir à obtenir des contrats, à avoir du succès, il faut se faire connaître, cela vient souvent avec du bénévole. (…) J’ai passé des soirées complètes à écrire des articles sur un produit que j’avais acheté à la pharmacie avec mes sous, pour en faire une publicité gratuite et en parler à mes abonnés pour qu’au final, cette marque puisse me remarquer.

T’arrive-t-il de refuser des partenariats ? Est-ce difficile de trouver un équilibre entre « mettre du pain sur la table » et respecter tes valeurs et tes goûts ?

Ce qui est le plus important, c’est l’authenticité. Je continue de refuser des partenariats qui ne me rejoignent pas. C’est primordial que je me respecte, peu importe le montant derrière la campagne. Si le produit ne cadre pas avec mon quotidien ou que les valeurs de l’entreprise ne me rejoignent pas, je refuse. Si je perds de la crédibilité face à mes abonnés, je perds carrément ma carrière et il n’y a pas de retour en arrière.

Dans l’actualité, on parle plus que jamais de l’impact, négatif et positif, des influenceurs. Es-tu d’avis que le marketing d’influence vient avec une certaine responsabilité sociale ?

Totalement. Les influenceurs, surtout en ce moment, nous avons mauvaise figure. C’est pourquoi je préfère m’appeler créatrice de contenu qu’influenceur. Un influenceur va souvent chercher un énorme bassin d’abonnés en peu de temps, à la suite d’une participation à une téléréalité par exemple. Il est souvent oublié au fil du temps, alors qu’un créateur de contenu vise une carrière à long-terme. (…)

Quel(s) conseil(s) donnerais-tu à quelqu’un qui débute dans le marketing d’influence ?

C’est important de ne pas seulement montrer du « parfait » et juste du « beau ». Les gens vont de plus en plus s’identifier à ceux qui montrent la vraie vie, le bordel derrière la photo pinterest, les larmes quand tu es maman et que tu es fatiguée ou qu’il t’arrive quelque chose dans ta vie. C’est important de le montrer, nous sommes tellement bombardés d’image parfaite (…) mais ce n’est pas vrai que le quotidien est parfait.

Ton année 2022 ressemblera à quoi ?

2022, ça débute vraiment en force. Je vais aller développer davantage le côté rénovation. Je suis en processus de déménagement. Je sais que c’est un sujet que mes abonnés adorent, donc j’ai créé justement en 2021 un compte qui s’appelle la @larosemagnolia. J’ai acheté une maison ancestrale qu’on a rénové puis j’ai partagé tout le processus sur mes réseaux sociaux. J’ai constaté que c’est un contenu très populaire (…) J’ai déjà des beaux contrats avec des belles marques pour 2022, ça démarre vraiment en force.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média