Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

16 novembre 2021

Carolanne d'Astous Paquet - cdastous@lexismedia.ca

Maxime D’Astous : chansonnier, nomade et passionné

SAYABEC

maxime d'astous

©Photo l’Avant-Poste – Carolanne D’Astous Paquet

Dans le cadre de nos nouvelles chroniques « vivre autrement », nous nous sommes entretenus avec Maxime D’Astous de Sayabec qui nous explique son virage de vie.

Il y a un an, Maxime D’Astous a fait le choix de vivre autrement, en optant pour un mode de vie alternatif. Armé de sa guitare acoustique, le Sayabécois sillonne le pays à bord d’un van aménagé, à la recherche de rencontres et de moments qui le font cheminer comme humain et comme musicien. 

Le 28 mai dernier, date marquant la levée du couvre-feu provincial, Maxime prend la route vers la péninsule gaspésienne en envisageant un petit séjour à l’improviste, sans itinéraire. Le court périple vers l’Est, à bord de sa maison sur roues, prend une nouvelle tournure. Sa soif d’aventure et de liberté le mène finalement à l’autre bout du Canada. « Je suis parti dans l’Ouest canadien pendant deux mois, pas d’internet, pas de cellulaire, pas de Facebook, je n’avais rien. J’avais besoin de ce moment-là, en vivant seulement avec l’essentiel », explique le trentenaire.

Bohème dans l’âme, Maxime voit l’arrivée de la trentaine comme un tremplin vers une meilleure vie, plus assumée et près de sa vraie nature. « J’ai acheté ma maison de rêve sur le bord de l’eau que j’avais toujours espéré, une fois que je l’ai eu, je suis arrivé chez nous, je me suis dit, ah c’est cool, mais je ne suis pas plus heureux », confie-t-il. Peu après l’achat de sa maison dans le secteur de Rimouski, Maxime se départit de quelques biens pour se procurer un van, qu’il aménagera de fil en aiguille avec l’aide de son père Michel et ses proches. « Je dormais dans mon van à la maison, c’est là que je me sens bien », lance le sympathique chansonnier.  

maxime d'astous

©Photo Gracieuseté

Une seconde chance bien saisie

Depuis son grave accident de la route survenu en 2017, Maxime D’Astous sait maintenant pertinemment que la vie est fragile. « Quand je me suis réveillé du coma je me suis dit, ok, ça se peut que je ne remarche plus jamais », rappelle-t-il en admettant qu’il doit désormais vivre avec certaines incommodités physiques. Si les médecins lui donnaient peu de chances de retrouver une vie normale, Maxime a littéralement déjoué les pronostics en marchant de nouveau, seulement deux mois après avoir subi de graves blessures au niveau des vertèbres cervicales. Le jeune nomade admet que cette épreuve le motive à croquer la vie à pleine dent et à « vivre l’instant présent » plus que jamais.

« Collectionner les moments »

Se réveiller chaque matin dans un endroit différent, voilà la définition d’une routine réconfortante pour Maxime, qui prend plaisir à rencontrer des gens, nomades ou sédentaires. « Ce que j’aime ce n’est pas l’argent, ni le matériel, c’est la liberté. » Parmi ses moments forts sur la route depuis sa vie alternative, l’aventurier n’hésite pas à nommer en tête de liste une rencontre marquante avec une communauté autochtone. « Sur la Côte-Nord cet été j’ai été invité par une communauté autochtone. J’ai gratté quelques chansons autour d’un feu avec des amis innus de Mingan. J’ai passé deux jours avec eux, à chanter et à danser sur leurs airs traditionnels, définitivement parmi les plus belles soirées de ma vie. »

Lorsqu’il n’est pas sur la route, Maxime D’Astous passe du temps en famille dans La Matapédia à « travailler le bois » avec son père Michel qui possède une entreprise d’ébénisterie à Sayabec. La tête pleine de projets, Maxime chérit l’idée de lancer son propre matériel musical et de revenir éventuellement s’établir dans la Vallée en bâtissant une petite habitation écologique, question d’avoir un pied-à-terre.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média