Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

04 novembre 2021

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Pas de primes additionnelles aux infirmières des hôpitaux de Matane et Amqui, tranche Christian Dubé

SOINS DE SANTÉ

Hôpital Matane

©Photo Dominique Fortier - L'Avant-Poste

L'hôpital de Matane est aux prises avec de nombreuses ruptures de services, particulièrement en obstétrique.

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, a répondu négativement à la demande du député Pascal Bérubé d'ajouter les hôpitaux de Matane et Amqui à liste des endroits où les infirmières recevraient des primes de régions éloignées.

Afin de stabiliser le système de santé, le ministre Dubé avait annoncé des primes alléchantes sur une période d'un an pour les infirmières en région comme la Gaspésie et le Nord-du-Québec qui pourraient toucher de 12 000 $ à 15 000 $. Ces primes étaient conditionnelles à occuper un poste à temps plein pendant au moins un an. Or, les infirmières de certaines régions éloignées avaient droit à une prime additionnelle de 3 000 $ puisque la pénurie de main-d'œuvre était particulièrement criante.

Le député de Matane-Matapédia, Pascal Bérubé, avait alors demandé à ce que les hôpitaux d'Amqui est Matane sont inclus dans ce programme de prime additionnelle de 3 000 $, évoquant de fréquentes ruptures de service, notamment en obstétrique et en chirurgie. Or, après avoir soumis sa demande au ministre de la Santé, Christian Dubé, la réponse offerte n'était pas celle qu'il souhaitait.

Dans une correspondance adressée au député Bérubé, le ministre de la Santé indique que Matane et Amqui ne font pas partie de la Gaspésie, mais bien de la région administrative du Bas-Saint-Laurent. Conséquemment, la prime de 3 000 $ ne peut pas s'appliquer.

Christian Dubé ajoute qu'il croit fermement que les primes de base seront suffisantes pour attirer des infirmières dans le réseau ou pour en convaincre d'autres d'opter pour du temps plein. Cette mesure avait pour but de stabiliser le système en attendant que le ministère règle la problématique du temps supplémentaire obligatoire et le recours aux agences.

Quant au député Bérubé, il réitère son invitation au ministre Dubé de venir visiter les hôpitaux de son comté afin de constater la fragilité du réseau local. Rappelons aussi que le ministère de la Santé a annoncé qu'il abandonnait l'obligation de vaccination au personnel oeuvrant dans le système, estimant que la pression aurait été trop forte sur les employés restants.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média