Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

02 novembre 2021

Carolanne d'Astous Paquet - cdastous@lexismedia.ca

Cedrico améliore les conditions de travail des employés

CAUSAPSCAL

Cedrico

©Archives - L'Avant-Poste

Aux prises avec des difficultés de recrutement et de rétention de travailleurs, l’entreprise forestière de Causapscal lance la campagne de recrutement On embauche « à planche !

Après avoir lancé une première campagne d’attractivité l’été dernier, Bois d’œuvre Cedrico redouble d’efforts pour recruter et garder des employés dans son usine de Causapscal.

En mai dernier, la troisième faction de l’usine forestière de Causapscal a dû être abolie par manque d’effectifs. Voyant ses activités chuter, Cedrico a proposé, au cours de l’été, une première stratégie d’attractivité qui consiste à offrir une prime à l’embauche de 500 $ et une prime de référencement de 1 000 $ dans l’espoir d’attirer des travailleurs. « Nous n’avons malheureusement pas obtenu les résultats escomptés », admet le président-directeur général de Cedrico, Denis Bérubé.

Opération séduction

Avec une vingtaine de postes à combler, la direction de Bois d’œuvre Cedrico met alors les bouchées doubles en bonifiant, cette fois-ci, les conditions de travail de ses employés de Causapscal. Ces nouvelles mesures se traduisent par une augmentation salariale de 10% dans tous les départements de l’usine de Causapscal. Le taux horaire moyen passera donc de 22,5 $ à 24,5 $ l’heure, selon Denis Bérubé. 

En rouvrant la convention collective, Cedrico a aussi profité de l’occasion pour revoir la rémunération des heures supplémentaires durant la fin de semaine. Comme le veut la règle générale, les heures supplémentaires seront rémunérées à une fois et demie le salaire horaire habituel, seulement le samedi et le dimanche.

Enfin, l’entreprise de transformation du bois met en place un nouvel horaire de travail « 7 jours/7 jours » pour son équipe de mécaniciens de production, soit 7 jours de travail suivi de 7 jours de repos. « On est confiant de garder nos travailleurs actuels et on se doit de faire le nécessaire pour attirer de nouveaux talents et que cette campagne donne des résultats », affirme Denis Bérubé.

 

Outre ces mesures d’attractivité, l’embauche de travailleurs étrangers demeure une solution souhaitée pour pallier la pénurie de main-d’œuvre chez Cedrico. Or, Denis Bérubé affirme que ce dossier est tombé au point mort et que son entreprise misera, pour le moment, sur la bonification des conditions de travail à l’usine de Causapscal qui renferme 130 employés.

« Nous sommes une entreprise avec des conditions très compétitives, nous prenons de bonnes actions pour s’assurer d’être là pour au moins 25 ans encore », conclut le président de Cedrico.

 

cedrico

©Photo l’Avant-Poste – Carolanne D’Astous Paquet

Le président de Cedrico, Denis Bérubé.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média