Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

C'est arrivé en ...

Retour

09 septembre 2021

Carolanne d'Astous Paquet - cdastous@lexismedia.ca

1962 : Alice Caron-Gasse devint la première femme électricienne au Québec

LAC-AU-SAUMON

alice caron-gasse

©Photo Gracieuseté – Livre La Matapédia: Matapediac

Alice Caron-Gasse, cette grande Matapédienne qui a ouvert la voie aux femmes travaillant dans les milieux d’hommes.

Autrefois citoyenne de Lac-au-Saumon, la défunte Alice Caron-Gasse fut la première femme à obtenir une licence d’électricienne au Québec, il y a 59 ans.

Mère de sept enfants, Alice Caron-Gasse a su braver les standards de l’époque en choisissant un métier jamais encore pratiqué par la gent féminine en province. Mariée à l’électricien Adéodat Gasse, Alice Caron baignait dans l’univers électrique bien avant d’en faire une brillante carrière.

« Moi et mes frères, nous avons tous travaillé pour mon père à un moment donné. Mais un hiver, nous étions aux études, mon oncle ne pouvait plus aider mon père. Alors il s’est retrouvé seul pour travailler et il trouvait la tâche un peu lourde. Ma mère a dit, je ne vois pas pourquoi je ne pourrais pas t’aider », explique l’un des fils du couple d’entrepreneurs, monsieur Gilles Gasse. C’est ainsi qu’Alice a entamé une formation pour devenir « compagnon électricien », jusqu’à l’obtention de son diplôme d’électricienne en 1962.

Considérant que les femmes du Québec n’ont obtenu le droit de vote qu’en 1940, Alice Caron-Gasse a littéralement ouvert la voie à des milliers de femmes qui ont suivi ses traces. « Ma mère était une femme très élégante et raffinée. Elle a toujours su se faire respecter sur les chantiers. Par sa propre stature, et par l’assurance qu’elle projetait, je pense qu’elle n’a jamais eu à subir de mauvaises expériences ou des commentaires désobligeants au travail. Alors que c’est fréquent dans les milieux de travail où les femmes sont en minorité », admet son fils Gilles, qui a même eu l’occasion de travailler avec sa mère à quelques reprises. 

L’exploit de l’audacieuse Alice Caron-Gasse est d’ailleurs souligné dans le livre « La Matapédia: Matapediac », signé Bertrand-B. Leblanc et Michel Dompierre. Il s’agit d’une grande fierté pour la famille Caron-Gasse. « Je pense même qu’elle est parmi les premières femmes électriciennes au Canada, ce n’est pas rien. » Ce dernier remémore quelques anecdotes vécues par l’avant-gardiste Alice. « Un moment donné elle travaillait sur un immense chantier de construction et elle s’est rendu compte qu’il y avait beaucoup de gens qui passaient dans la pièce où elle travaillait. Elle a appris par la suite qu’un employé à l’entrée de l’édifice disait aux gens ; me croyez-vous si je vous dis qu’il y a une femme qui fait de l’électricité ici. »

À quand un hommage ?

À la plus grande déception de Gilles Gasse, aucun hommage ni geste symbolique n’auront été rendus à sa mère durant ses 96 années de vie. Décédée depuis 2011, monsieur Gasse se donne comme mission de faire connaître l’exploit d’une grande Matapédienne qui en plus d’être la première femme électricienne en province, fut une mère et une femme d’exception. « J’aimerais que mon village reconnaisse le rôle de pionnière de ma mère. Mon plus grand souhait serait qu’on lui donne le nom d’une rue », conclut celui qui a déjà entamé des démarches auprès de la municipalité de Lac-au-Saumon.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média