Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Covid-19

Retour

08 septembre 2021

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

« Les mesures sanitaires sont là pour rester » -François Legault

COVID-19

Legault et Dubé

©Photo Capture d'écran

Le gouvrnement Legault a annoncé la vaccination obligatoire du personnel de santé et le maintien des mesures sanitaires.

Le premier ministre du Québec, François Legault, a annoncé que les mesures sanitaires comme le passeport vaccinal, le port du masque et la distanciation sociale allaient être imposées encore longtemps.

Malgré le fait que les Québécois aient reçu une première dose de vaccin dans une proportion de 87 % et que plusieurs régions n'enregistrent pratiquement aucun nouveau cas, les mesures sanitaires ne seront pas levées de sitôt. C'est ce qu'a affirmé le premier ministre François Legault en conférence de presse mardi dernier.

Pour justifier le maintien de ces contraintes sanitaires, le premier ministre a évoqué la forte contagiosité du variant Delta et une certaine hausse des hospitalisations des non-vaccinés. « Nous sommes passés de 55 à 171 hospitalisations en l'espace d'un mois et les experts de la Santé publique prévoient une hausse au cours des prochaines semaines. »

Il a poursuivi en mentionnant que le Québec en était rendu à « apprendre à vivre avec le virus », à accepter un certain risque et surtout, à accepter que des personnes soient hospitalisées pour la Covid-19. François Legault a donc lancé un appel aux Québécois non-vaccinés de faire l'effort d'aller chercher leurs doses afin d'éviter d'engorger le système de santé. Il a aussi demandé aux vaccinés de tenter de convaincre les récalcitrants.

Publicité

Défiler pour continuer

Pour ce qui est des mesures sanitaires actuelles, le premier ministre a indiqué qu'il ne voulait pas en venir à reconfiner les gens. Conséquemment, la meilleure façon, selon lui, d'éviter le reconfinement est de maintenir les contraintes sanitaires comme le passeport vaccinal, la distanciation sociale et le port du masque. « Les mesures sont là pour rester. Quelle sera la situation dans deux mois, dans six mois, dans un an? Les discussions se poursuivront avec la Santé publique. »

Manque d'infirmières et menaces de suspension

François Legault a indiqué que le manque d'infirmières est criant et qu'une multitude de scénarios étaient imaginés pour tenter de régler ce problème. « Nous avons haussé les salaires et amélioré les conditions de travail avec la signature de la dernière convention collective. Nous regardons aussi comment faire pour convaincre toutes celles qui ont quitté le réseau de la santé ces dernières années, surtout celles qui ont de l'expérience en soins intensifs, de revenir. »

Alors que le premier ministre souhaite un retour des infirmières dans le réseau, le ministre de la Santé, Christian Dubé a commencé son allocution en annonçant que tous les intervenants du milieu de la Santé et des services sociaux, autant au privé qu'au public, devaient se faire vacciner d'ici le 15 octobre sous peine de suspension sans salaire. Cette mesure englobe tous les employés qui travaillent dans un établissement de santé, qu'ils soient en contact direct ou non avec les patients. « On ne peut pas accepter que des travailleurs mettent des personnes vulnérables à risque. Les visiteurs et les proches aidants devront aussi présenter leur passeport vaccinal pour accéder à tous les établissements de santé. C'est une décision qui a été mûrement réfléchie. »

Finalement, le ministre de la Santé a mentionné qu'il fallait maintenant se concentrer davantage sur le nombre d'hospitalisations plutôt que sur le nombre de cas hebdomadaires pour évaluer la sévérité de la situation pandémique. Or, 90 % des hospitalisations se retrouvent dans la grande région de Montréal. En Gaspésie et au Bas-Saint-Laurent, il y actuellement aucune hospitalisation en lien avec la Covid-19 et à peine neuf cas actifs sur tout le territoire.

 

Commentaires

9 septembre 2021

marie

pénurie d’autant plus problématique qu’en ce moment, beaucoup de démissions : le personnel infirmier est confronté à de nombreux risques professionnels, biologiques évidemment du fait de sa proximité avec des malades et du COVID-19, mais aussi psychologiques par côtoiement constant avec des personnes souffrantes. Ces risques infectieux nosocomiaux sont aggravés par des conditions de travail stressantes : https://www.officiel-prevention.com/dossier/protections-collectives-organisation-ergonomie/risque-biologique/la-prevention-des-risques-des-soins-infirmiers-risques-professionnels-infirmieres

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média