Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

07 avril 2021

Carolanne d'Astous Paquet - cdastous@lexismedia.ca

La CNESST fait la lumière sur la mort d’un travailleur au parc éolien de Lac-Alfred

SAINTE-IRÈNE

saint-irène

©Photo Gracieuseté - CNESST

La CNESST rend publiques les circonstances entourant l’accident de travail qui a coûté la vie à Éric Madran, le 10 juin dernier, dans le secteur de Sainte-Irène.

La Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a publié, ce matin, les conclusions de son enquête sur l’accident de travail mortel survenu au parc éolien de Lac-Alfred, en juin dernier.

Dans son rapport d’enquête, la CNESST a identifié deux causes principales pour expliquer l’accident qui a coûté la vie à un employé de l’entreprise Grues JM Francoeur inc, le 10 juin 2020.

Triste concours de circonstances

Le matin du drame, Éric Madran participait au démontage d’une grue et au chargement de ses composantes en compagnie de deux collègues qui se trouvaient sur une semi-remorque. Affecté aux opérations de gréage au sol, le travailleur s’est dirigé le long de la remorque, du côté conducteur, pour dérouler les sangles d’arrimage. C’est à ce moment qu’une pièce déposée précédemment sur la remorque a basculé sur le côté avant de heurter ce dernier.

Dix mois après les événements, l’enquête a permis de déceler les principales failles qui ont mené à l’accident de travail mortel d’un grutier d’une quarantaine d’années. « La méthode de travail de chargement de l’assemblage des sections 3 et 4 de la fléchette de la grue Terex Demag AC 200-1 en vue de son transport a exposé le travailleur à un danger d’écrasement », peut-on lire dans le communiqué de la CNESST.

Bien que les travailleurs présents sur le chantier aient évalué la charge déposée comme étant stable avant de la détacher, l’absence de procédure spécifique ou d’appareil de mesure a conduit aux tristes événements, selon le rapport de la CNESST. « Les résultats de l’expertise abondent en ce sens et mettent en évidence la précarité de l’assemblage des sections 3 et 4 de la fléchette en raison des trois appuis utilisés et de l’inclinaison de la semi-remorque. En effet, l’inclinaison limite théorique de l’assemblage est de 6,5%, alors que l’inclinaison de la semi-remorque au moment de l’événement est de 8,05%. »

Rappelons que la victime originaire de Laval était employé d'une entreprise effectuant de la sous-traitance pour le parc éolien de Lac-Alfred, basé dans La Matapédia, tout près de Sainte-Irène.

 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média