Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

31 mars 2021

Carolanne d'Astous Paquet - cdastous@lexismedia.ca

« La violence conjugale, c’est l’affaire de tout le monde »

Centre de femmes Vallée de La Matapédia

violence conjugale

© - L'Avant-Poste

Le nombre d’accusations et de signalements pour violence conjugale a bondi au Québec depuis la pandémie.

Le 2 avril, une mobilisation citoyenne et conviviale se tiendra partout au Québec pour  dénoncer la vague de violence qui cible les femmes depuis le début de la pandémie.

12 femmes québécoises ont été assassinées dans un contexte de violence conjugale au cours de la dernière année. De ce nombre, sept victimes d’un féminicide figurent au bilan macabre des sept dernières semaines. Force est de constater que la pandémie fragilise davantage la sécurité des femmes et des enfants. La situation est si préoccupante que les ressources d’aide et d’hébergement pour femmes réclament des actions concrètes du gouvernement Legault pour enrayer les crimes contre les femmes.

Signalements à la hausse

Au Centre de femmes de la Vallée de La Matapédia, les signalements et les demandes d’aide ont carrément explosé à la fin du dernier confinement, selon l’intervenante Jessy Beaulieu-Gagné. En revanche, les services d’hébergement les plus près se trouvent en Matanie, un obstacle supplémentaire pour les Matapédiennes prises dans le cycle de la violence. L’intervenante du Centre de femmes profite de l’occasion pour sensibiliser la population.

« La violence contre les femmes, c’est l’affaire de tout le monde. Il faut sensibiliser l’ensemble de la population face à cet enjeu. Il faut savoir reconnaître la violence conjugale et tisser un filet de sécurité social pour protéger ces femmes-là », exprime Jessy Beaulieu-Gagné en rappelant les différents visages de la violence, soit psychologique, verbale, économique, physique ou sexuelle. Cette dernière incite les citoyens à porter un regard bienveillant sur leur entourage, plus particulièrement au moment d’une séparation, lorsque le risque homicidaire est plus élevé. « Pour plusieurs, la violence est présente au quotidien, et c’est au moment de la séparation que cela explose, c’est là que le risque augmente. »

Mobilisation le 2 avril

Une journée d’action contre les violences faites aux femmes se tiendra ce vendredi, le 2 avril. Le Centre de Femmes de la Vallée de la Matapédia invite les gens à arborer le ruban blanc en guise de soutien. « Nous invitons toute la population à afficher, peindre, un ruban blanc afin de montrer leur solidarité et se mobiliser sur cet enjeu. On veut montrer aux femmes victimes de violence qu’elles ne sont pas seules. C’est ensemble qu’on fera changer les choses », affirme celle qui accompagne quotidiennement la clientèle féminine du côté d’Amqui.

Rappelons que le Centre de femmes de la Vallée de La Matapédia est un organisme matapédien ayant pour mission d’aider les femmes qui vivent des moments difficiles tels une séparation, un deuil, la pauvreté ou un contexte de violence notamment.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média