Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Covid-19

Retour

23 mars 2021

Serge Dionne - sdionne@lexismedia.ca

Éclosions au Bas-Saint-Laurent : « prématuré » de passer en zone rouge, affirme Dr Leduc

Sylvain Leduc

©Archives - L'Avant-Poste

Le directeur de la santé publique au Bas-Saint-Laurent, Dr Sylvain Leduc.

Le directeur de la santé publique au Bas-Saint-Laurent, Dr Sylvain Leduc, lance une fois de plus un appel à la collaboration afin de contrer une douzaine de nouvelles éclosions et la présence de 30 cas d'un variant de la COVID-19 principalement dans l’ouest de la région.

En point de presse, ce matin, Dr Leduc a fait savoir qu’il était toujours possible de reprendre le contrôle et qu’il était prématuré d'envisager un retour en zone rouge. « Le Bas-Saint-Laurent est confronté au défi d’affronter les variants. Même si nous sommes bien tannés, ça va prendre un effort de plus. Ça va prendre des actions de tous », a-t-il dit.

Dans les secteurs de Rivière-du-Loup et de La Pocatière, environ 700 élèves sont en isolement actuellement. Parmi les six hospitalisations, on retrouve de jeunes adultes. L’unité COVID devrait d’ailleurs rouvrir ses portes au Centre hospitalier régional de Rimouski.

« Il (le variant, possiblement britannique) est très contagieux et sévère. Il touche beaucoup les jeunes et les jeunes adultes. Les gens sont malades. Quand il rentre dans une famille, personne n’est épargné », a expliqué le directeur de la santé publique.

Publicité

Défiler pour continuer

Le séquençage permettra bientôt d'identifier le type de variant. Bien que la cause de ces nouvelles éclosions soit difficile à déterminer, Dr Leduc a fait savoir que les rassemblements privés ont pesé lourd dans la balance. « Il y a eu beaucoup de rassemblements privés. Les mesures adoptées en milieu scolaire sont efficaces », a-t-il indiqué.

Quant à la possibilité d’isoler l’ouest du Bas-Saint-Laurent avec la mise en place de barrages, le directeur de la santé publique estime que dans la pratique ce serait difficilement envisageable, notamment en raison des déplacements des travailleurs. « On lance un appel à la collaboration, et non des mesures de coercition. »

La vaccination devrait également s'accélérer au cours des prochaines semaines. Environ 9 % de la population du Bas-Saint-Laurent a reçu une première dose d'un des vaccins contre la maladie. Dr Leduc a mentionné que les vaccins étaient d'ailleurs efficaces contre les variants.

La région compte 11 nouvelles infections aujourd'hui pour un total de 1 679 depuis le début de la pandémie, mais le bilan devrait s'alourdir demain puisque plusieurs cas ont été recensés après l'heure de tombée de comptabilisation des données, hier.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média