Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Sports

Retour

19 mars 2021

Carolanne d'Astous Paquet - cdastous@lexismedia.ca

L'impressionnant parcours de Guylain Raymond

HOCKEY

guylain raymond

©Photo archives - l'Avant-Poste

Le Matapédien Guylain Raymond est reconnu pour ses exploits d’entraîneur de hockey, notamment dans la ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ).

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Guylain Raymond a une feuille de route impressionnante. Il y a 20 ans, le Causapscalien conjuguait deux nouveaux rôles, celui de père de famille et d’entraîneur-chef du Club de l’Océanic.

Figure marquante du hockey en région, Guylain Raymond peut se targuer d’avoir accompli une foule d’exploits dans le monde du sport. Difficile d’oublier la fructueuse cohorte 1999-2000 de l’Océanic, à l’époque où Guylain assurait les fonctions d’entraîneur-adjoint aux côtés de Doris Labonté. Cette même saison, leurs protégés sont parvenus à décrocher la Coupe du Président de la LHJMQ et la Coupe Memorial, soit le trophée de la meilleure équipe junior au pays.

« Je n’oublierai jamais la Coupe Memorial qu’on a gagné à Halifax. En descendant, les gens de la Vallée nous attendaient dans les rues, on est arrêté tout le long. [rire] C’est un exploit et un souvenir extraordinaire », lance le principal concerné. Cette même formation rimouskoise a d’ailleurs été sacrée meilleure équipe de l’histoire de la ligue, selon les partisans. Cinq joueurs de cette édition ont atteint la Ligue nationale de hockey (LNH), soit Brad Richards, Juraj Kolnik, Michel Ouellet, Aaron Johnson et le gardien natif de Lac-au-Saumon, Sébastien Caron.

Un homme de défis

La saison suivante, le citoyen de Causapscal s’est vu confier le poste d’instructeur-chef. Un rôle qui comporte son lot de défis, plus particulièrement lorsqu’il s’agit d’une jeune équipe en reconstruction. « Quand j’étais coach, je le savais que j’aurais 400 000 coachs en arrière, c’est l’équipe de toute une région. C’est le même phénomène avec le CH, tout le monde veut diriger les joueurs. » Pendant près de trois ans, Guylain a concilié avec brio ses nouvelles responsabilités parentales et ses fonctions d’entraîneur-chef, et ce, en dépit des quelque 130 kilomètres qui séparent sa maison du Colisée de Rimouski.

« Ce n’est pas facile pour la vie familiale, nous après le match ce n’est pas fini. On doit rester parfois plusieurs heures à trouver des solutions, à analyser des séquences vidéo. Ça prend une blonde compréhensive », poursuit-il en rappelant les ennuis de santé de leur petite fille à l’époque. Durant ces mêmes années à la barre de l’équipe, Guylain a de nouveau conduit son équipe à la finale de la Coupe du Président.

pcéanic

©Capture d'écran - Vidéo site LHJMQ

Le capitaine de l'Océanic de Rimouski, Jonathan Beaulieu, soulevant la Coupe Memorial 1999-2000.

« Croire en ses rêves »

Grâce à sa fougue et sa détermination, Guylain a su se frayer un chemin dans le sport. L'expression «petit train va loin» se prête bien à l’histoire de Guylain, lui qui est parti de rien. Ayant fait ses classes dans le hockey mineur, l’entraîneur matapédien a ensuite évolué dans les rangs seniors, avant de s’envoler vers l’Europe pour entraîner au niveau professionnel. « Ils disent qu’avec la langue on peut se rendre à Paris. [rire] En 1989, j’ai fait un coup de téléphone à des contacts que j’avais commencé à établir dans mes stages. Je suis devenu entraîneur en Normandie avec Larry Huras, puis on a gagné la Coupe Magnus cette année-là. C’est vraiment-là que j’ai été cherché un bon bagage d’expérience avant l’Océanic. »

Pas de doute, l’une des forces de Guylain est de reconnaître le potentiel de chacun. « Un des accomplissements qui me rend fier, c’est d’avoir donné une chance à des jeunes. » Son intuition lui a donné raison quelques fois, entre autres avec le gardien Sébastien Caron. « C’est l’année qu’on avait Jean-Marc Pelletier et Philippe Sauvé, deux gros gardiens. Nous deux gardiens étaient blessés. Sébastien était midget AA à Rimouski, il n’avait pas été repêché dans la LHJMQ. J’ai suggéré son nom, je le connaissais déjà parce qu’on vient de la Vallée, puis on l’a fait jouer quelques matchs. C’est finalement devenu notre gardien numéro un. Il a été repêché dans la LNH », se remémore le passionné.

Aujourd’hui directeur du service des loisirs de Causapscal et guide de pêche au saumon durant l’été, Guylain Raymond mène une brillante carrière en gravitant toujours dans l’univers du hockey. Également président de Hockey Bas-Saint-Laurent, le Causapscalien ne ferme pas la porte à un éventuel retour derrière le banc.

« Moi j’avais un rêve, celui de coacher dans la LHJMQ. Je suis parti du hockey mineur à Causapscal, il n’y avait pas de hockey AAA, puis j’ai réussi à me rendre-là où je voulais. Moi je dis toujours aux jeunes, n’abandonnez pas, croyez en vos rêves. J’aurais pu aller plus loin, mais j’ai eu beaucoup d’épreuves dans ma vie. J’ai fait un choix pour stabiliser ma famille », conclut-il.

 

Guylain Raymond

©Photo Gracieuseté

« La pêche, ça m’a amené la patience. » -Guylain Raymond.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média