Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Hockey

Retour

02 février 2021

Annie Levasseur - alevasseur@lexismedia.ca

Un 2000e match pour le descripteur de l’Océanic

SE RELEVER APRÈS L'ADVERSITÉ

Michel Germain décrira ce soir son 2 000e match de hockey. Il opposera le Drakkar de Baie-Comeau aux Cataractes de Shawinigan.

©Photo Gracieuseté Iften Redjah - FolioPhoto

Michel Germain décrira ce soir son 2000e match de hockey. Il opposera le Drakkar de Baie-Comeau aux Cataractes de Shawinigan.

La voix de l’Océanic de Rimouski, Michel Germain, décrira son 2000e match ce soir. Un exploit accompli pendant sa 26e saison avec l’équipe de la LHJMQ.

Quand il a été engagé comme descripteur lors de la première saison de l’Océanic, en 1995, aucune autre équipe du circuit Courteau ne présentait toutes ses parties à la radio.

« Les propriétaires, avec M. Maurice Tanguay en tête, ont mis sur pied ce projet-là. Même de leur côté, ils ne savaient pas trop à quoi s’attendre. Quand j’ai négocié mon contrat, je n’étais même pas certain de faire une deuxième saison. Penser à 2000 matchs, c’était très loin dans mon esprit », affirme Michel Germain.

À ses débuts à Rimouski, monsieur Germain avait un autre emploi de préposé aux bénéficiaires à temps partiel à Mont-Joli. Natif de Baie-Comeau, le descripteur avait déjà une quinzaine d’années d’expérience dans les médias avant de se joindre au club de hockey.

« Je trouvais que c’était une drôle d’idée de présenter les matchs locaux à la radio. Monsieur Tanguay était plus brillant que moi en marketing. Il voulait que le produit se rapproche le plus de la Ligue nationale de hockey dont toutes les équipes avaient tous leurs matchs à la radio. Il se disait que plus on avait l’air professionnel, plus les gens allaient venir », se rappelle le descripteur.

À une certaine période, les partisans présents au Colisée de Rimouski écoutaient la description de Michel Germain.

« Éric Forest, mon premier patron, me disait qu’il y avait au moins 50 % des partisans au Colisée qui avaient leur baladeur et qui écoutaient le match. C’était assez plaisant et ça me mettait une bonne pression parce que je ne pouvais pas dire n’importe quoi », dit-il.

L’homme de 60 ans en a vécu de beaux moments en 2000 rencontres. Celui qui l’a le plus marqué est la partie du 28 mai 2000 lorsque l’Océanic a remporté la Coupe Memorial. « De décrire le match et de festoyer avec les joueurs après, ça reste une expérience qui est unique », exprime-t-il avec émotion.

Michel Germain a dû s’habituer à vivre un rythme de vie particulier avec les nombreux voyages sur la route.

Michel Germain.

©Photo Gracieuseté Iften Redjah - FolioPhoto

Michel Germain (à gauche) et Yannick Dumais.

« C’est plus dur pour la famille. Le rythme est assez infernal pendant six mois, mais les six autres mois sont plus relaxes. Pour ma première famille, Martine et Jennely, ça a été une adaptation. Ça prend une conjointe compréhensive. Jennely a aussi vécu les absences de son père. Comme elle aimait beaucoup le hockey, ça a aidé », se remémore-t-il.

Le hasard veut que le 2000e match décrit par monsieur Germain oppose les Cataractes de Shawinigan au Drakkar de Baie-Comeau, sa ville d’origine.

« Trois personnes m’ont sauvé la vie » 

C’est le 15 décembre 1998 que Michel Germain a perdu sa fille, Jennely, sa femme, Martine, et sa mère, Georgette, dans un accident de voiture. Douze jours plus tard, il recommençait à travailler.

« Ça a été une bonne décision de recommencer très vite. Il fallait que je sorte de la maison. L’autobus m’a pris à Mont-Joli. Tous les joueurs étaient installés et quand je suis entré, il y avait un malaise parce que c’était la première fois qu’ils me voyaient depuis les funérailles. Par contre, j’ai senti, dans l’ambiance, tout le non verbal de soutien. Je sentais que les gars voulaient me dire qu’ils étaient là pour moi », se souvient-il.

Monsieur Germain affirme que trois personnes lui ont sauvé la vie après la tragédie, son père, sa psychologue et Maurice Tanguay. « Ce sont des gens qui sont intervenus très positivement dans ma vie. En général, l’équipe m’a sauvé », indique-t-il.

Michel Germain ne décrira certainement pas 2000 autres matchs. Il devait prendre sa retraite en 2020, mais a décidé de revenir pour trois saisons supplémentaires.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média