Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

28 janvier 2021

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

La ministre Marie-Eve Proulx explique le plan de relance économique dans l'Est-du-Québec

Marie-Ève Proulx

©Jean-Philippe Thibault - L'Avant-Poste

La ministre du développement économique régional, Marie-Eve Proulx.

À l'aube d'un possible assouplissement des règles dans des régions comme la Gaspésie et le Bas-Saint-Laurent, le sujet de la relance a été abordé avec la ministre du développement économique régional, Marie-Eve Proulx.

Alors que plusieurs entreprises souhaitent un déconfinement et une reprise de leurs activités, la décision finale de rouvrir ou non la bijouterie du coin et le resto d'à côté reviendra au premier ministre. « Nous sommes branchés sur les entreprises et sur ce que les citoyens ont à dire mais nous sommes dans une pandémie où il y a des variantes du virus alors ça nous met dans de drôles de positions. On doit prioriser la santé des gens parce que le virus n'est pas encore circonscrit et la vaccination n'est toujours pas terminée. »

Entre temps, les commerçants peuvent compter sur différents programmes d'aide financière afin de leur permettre d'obtenir des liquidités pour les frais fixes comme le loyer, l'électricité et autres coûts afférents. « Au Bas-Saint-Laurent, 148 entreprises ont obtenu un soutien à la hauteur de 4,6 millions de dollars alors qu'en Gaspésie, on parle de 33 entreprises, ce qui représente 1,4 M$. C'est de l'aide directe dont 15 000 $ par mois peut se transformer en subvention. On est d'ailleurs la province la plus généreuse au Canada en ce qui a trait à l'aide versée à nos entreprises », indique Marie-Eve Proulx.

Relance économique

Pour ce qui est de la suite des choses, la ministre Proulx emprunte la même voie que son premier ministre en parlant de création d'emplois payants. Parallèlement à ces efforts, les entreprises seront soutenues lors du redémarrage et les centres-villes des plus grandes municipalités seront sous la loupe du gouvernement. « On veut miser sur l'achat local, aider les entreprises à mettre leurs produits en valeur. On sait que les Québécois sont au rendez-vous pour soutenir leurs entreprises et on souhaite conserver ces bonnes habitudes. »

Au cœur des stratégies de relance économique, il y aura tout un pan consacré à la requalification et la réintégration au travail pour des travailleurs ayant perdu leur emploi. Le gouvernement souhaite ainsi retourner au même niveau de croissance économique qu'en 2019. Pour y parvenir, l'économie doit être bonne dans les grands centres mais également dans les régions du Québec. « D'ailleurs, c'est pour cette raison que nous avons mis 98 millions de dollars à la disposition des MRC pour soutenir les entrepreneurs dans leur restructuration, leur croissance, leur expansion, l'innovation ou avec l'exportation ou différents projets structurants », poursuit Marie-Eve Proulx.

Cette initiative baptisée Accès entreprises Québec se veut un substitut aux défunts CLD. Ainsi, les milieux qui ont perdu leur organisme de développement pourront notamment faire l'embauche de ressources humaines supplémentaires pour accompagner les commerçants locaux. L'idée est ainsi de mettre l'emphase sur les entreprises qui aideront au développement du territoire et non le contraire.

En ce qui a trait à la décentralisation d'emplois gouvernementaux en région, la stratégie est différente en ce sens où il n'est plus dans les cartons du gouvernement d'ouvrir des bureaux en région mais plutôt de permettre à des individus à l'extérieur des grands centres de dénicher un emploi et de l'effectuer en télétravail. « Nous ne sommes plus en 1970 alors nous abordons la question d'une autre façon. Par exemple, nous avons récemment engagé un informaticien basé à Matane pour un ministère dont le bureau est à Québec. Il peut ainsi travailler à partir de Matane tout en étant rattaché à Québec. Ça fait partie de nos futures politiques de télétravail. C'est aussi pourquoi nous travaillons sur l'accès internet en région. On croit que ça aidera à l'attractivité », conclut la ministre du développement économique régional.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média