Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

27 janvier 2021

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

Orléans Express met ses activités sur pause

GASPÉSIE

Orléans Autobus

©Jean-Philippe Langlais - L'Avant-Poste

Keolis Canada, la société mère derrière Orléans Express, vient d’annoncer une réduction temporaire de ses activités de transport sur l’ensemble de son réseau, dès le 7 février.

Toutes les régions habituellement desservies seront touchées. Tous les départs de la Gaspésie seront incidemment annulés jusqu’à nouvel ordre. Dans l'autre direction, les autobus n'iront pas plus loin que Rimouski. Incidemment, Matane et Amqui passent aussi sous le couperet.

Les revenus se sont réduits comme peau de chagrin pendant la pandémie. Les pertes seraient d’environ 1 million de dollars par mois pour l’ensemble du réseau. Dans les circonstances, l’entreprise explique n’avoir eu d’autre choix que de réduire momentanément ses activités. « Ce sont des mesures exceptionnelles. Nous sommes très conscients que nos services sont importants pour la mobilité de nos passagers et que cette décision difficile aura un impact sur certaines communautés, mais soyez assuré que nous avons à cœur de rétablir nos services dès qu’il le sera possible », a indiqué par communiqué Pierre-Paul Pharand, président-directeur général de Keolis Canada.

Ce dernier précise que l’achalandage actuel, les limitations de déplacements interrégionaux et les mesures gouvernementales en place ne permettent pas de continuer de desservir la clientèle avec la même fréquence. Le nombre de départs dans la province chutera de 80 à seulement 8.

Cette nouvelle de réduction temporaire survient cependant au moment où le premier ministre François Legault a laissé entrevoir que les régions les moins touchées par la COVID-19 – comme la Gaspésie – pourraient potentiellement redémarrer certains pans de leurs activités en retournant à un palier d’alerte autre que le rouge, qui donnerait un peu d'air frais aux citoyens et entrepreneurs. Malgré ces circonstances, Keolis Canada n’a tout de même aucun horizon quant à la reprise éventuelle de son service dans la région pour l'instant.

Plusieurs élus ont déjà décrié la situation. Le préfet de la Haute-Gaspésie a notamment multiplié les appels auprès des instances gouvernementales concernées, Orléans Express et les médias. « C'est un service essentiel pour les Gaspésiens, spécialement en Haute-Gaspésie puisque nous ne sommes pas desservis, ni par train, ni par avion. C'est trop important pour nos personnes âgées et moins bien nanties qu'ils puissent compter sur un service de transport interrégional. C'est un principe de base d'occupation du territoire », expliquait la semaine dernière Allen Cormier.

Même le Diocèse de Gaspé et le Diocèse anglican de Québec ont dénoncé l’arrêt des services par autocar avec une missive envoyée aux ministres des transports à Ottawa et à Québec. « Une telle suspension de service ne fera qu’isoler davantage la population gaspésienne, qui est de plus en plus privée des liaisons de transport offertes à de nombreux autres Québécois et Canadiens, ont signé d’une main commune les évêques Bruce Myers et Gaétan Proulx. L’annulation du service d’autobus offert par Orléans Express en 2021 signifierait que le dernier mode de transport collectif abordable disponible à la population de la Gaspésie disparaîtrait. C’est aussi la principale ressource utilisée par de nombreux Gaspésiens et Gaspésiennes devant se rendre à Rimouski pour des soins médicaux spécialisés. Nous comprenons les défis économiques causés par la pandémie de la COVID-19. Cependant, couper davantage cette région du reste de la province et du pays ne fera que freiner davantage la croissance et l’épanouissement de la Gaspésie et de sa population, alors même que la région connaît une croissance modeste mais prometteuse de sa population. »

La ministre responsable de la Gaspésie, Marie-Eve Proulx, se dit « énormément déçue » de la décision d'Orléans Express de suspendre ses services en Gaspésie. « On mise beaucoup sur l'occupation du territoire et ça passe par le déplacement entre les régions. On a d'ailleurs investi plus de 300 millions pour la réfection du train, qui inclut une ligne pour les passagers. On a aussi mis sur pied un comité de travail pour trouver des solutuins pour le transport interrégional aérien. Là, nous recevons la tuile du transport par autobus. Je pense que ça prend plusieurs transporteurs. C'est bien dommage pour l'entreprise mais c'est innacceptable que les citoyens soient privés d'un service de transport par autobus. »

Quant aux discussions entre Orléans Express et le ministère des Transports du Québec, Marie-Eve Proulx, affirme qu'elles se poursuivent. On a également demandé à la ministre si elle croyait que c'était le rôle du gouvernement de subventionner une entreprise qui a exigé l'exclusivité du territoire il y a quelques années. « C'est une excellente question mais je n'embarquerai pas dans ce niveau de détails là aujourd'hui. J'ai fait le commentaire que j'avais à faire sur ce dossier pour le moment. »

À noter en terminant que les passagers d’Orléans Express ayant déjà réservé un voyage prochainement pourront modifier leur billet, obtenir un crédit-voyage via leur compte-client ou obtenir un remboursement selon les politiques de remboursement de l’entreprise.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média