Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Covid-19

Retour

08 décembre 2020

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Zone rouge en Matanie et en Matapédia: la Santé publique régionale avait les mains liées

COVID-19

Le Dr Sylvain Leduc, directeur de la santé publique au Bas-Saint-Laurent.

©Photo Facebook en direct.

Dr Sylvain Leduc tenait à rappeler et préciser les raisons qui ont mené la moitié de la région à passer en zone rouge.

La Direction de la Santé publique régionale a expliqué qu'elle n'aurait pas pu diviser le Bas-Saint-Laurent en zones de différentes couleurs selon les MRC en raison de directives nationales.

Le directeur de la Santé publique du Bas-Saint-Laurent, Dr Sylvain Leduc, explique que les directives provenant du pallier supérieur de gouvernance ne lui offrait pas la possibilité d'adopter un scénario similaire a celui utilisé en Gaspésie lorsque certaines villes ciblées sont passées en zone rouge alors que le reste de la région était en orange. « Il n'y avait que deux options qui nous étaient admises par le ministère de la Santé, soit de faire passer tout le Bas-Saint-Laurent au rouge ou passer la portion Est seulement puisque les MRC de La Matapédia, La Matanie, La Mitis et Rimouski-Neigette sont considérées comme étant interreliées. Nous n'avions pas l'option d'y aller à la carte par MRC. »

Dr Sylvain Leduc ajoute à l'explication en parlant d'un processus juridique lourd qui est enclenché lorsqu'une région change de palier d'alerte. « Depuis la modification faite en Gaspésie, d'autres demandes similaires avaient été formulées un peu partout au Québec et elles n'ont pas été considérées. C'est donc un précédent qui n'a pas eu de suites. Les autres régions ont donc dû passer au rouge l'ont toutes été dans leur entièreté ou par grandes sections. »

Quant au cas spécifique de La Matapédia, Dr Leduc admet que la situation épidémiologique est relativement calme avec à peine 28 cas depuis mars. « Jusqu'à hier, on avait 500 des 536 cas observés au Bas-Saint-Laurent depuis novembre proviennent de l'Est de la région. Ça veut dire que la circulation du virus est beaucoup plus grande dans ce secteur. De plus, les gens des MRC de l'Est circulent beaucoup plus, que ce soit entre La Mitis et Rimouski ou entre Matane et Matapédia. On ne pas prétendre que le risque n'existe pas. »

Publicité

Défiler pour continuer

Pour ce qui est de La Matanie, le Dr Leduc estime que la MRC est sur la bonne voie depuis la fin des éclosions aux résidences des Bâtisseurs et des Sages. Toutefois, ce dernier affirme qu'il se sentira encore mieux lorsque la situation au CHSLD de Matane se sera entièrement résorbée. « Malheureusement, il y a encore des cas qui s'ajoutent chez les résidents et chez les travailleurs. Il y a aussi encore quelques cas dans la communauté. Ça circule moins que dans le reste du Québec mais il faut demeurer vigilant. Il est donc facile à transmettre, spécialement à une période de l'année où il fait froid et où les gens sont davantage à l'intérieur. »

Maintenant que l'Est de la région est peinturée en rouge, les chances de voir celle-ci retourner au palier orange prochainement sont relativement minces puisque les exigences ministérielles à cet égard sont importantes. « On parle d'une assez longue période de stabilité, ce qui n'a pas encore été vu dans aucune des régions qui sont en rouge. On demande ça pour ne pas constamment fluctuer entre les paliers de couleurs », ajoute le directeur de la Santé publique du Bas-Saint-Laurent.

Pour ce qui est du temps des Fêtes, le Dr Leduc en appelle au bon jugement des Bas-Laurentiens et surtout, au respect des règles sanitaires en vigueur. « N'oublions pas que si nous sommes passés au palier rouge, c'est que nous étions près de perdre le contrôle, ce qui aurait signifié davantage d'hospitalisations avec du personnel fatigué et peu de relève. Le Bas-Saint-Laurent ne voulait pas à vivre ça avec le délestage d'autres activités hospitalières. Il ne faut pas perdre de vue que nous posons ces gestes pour protéger les plus vulnérables d'entre nous », conclut-il.

Sur une note positive, le Bas-Saint-Laurent enregistrait seulement six nouveaux cas en date du 8 décembre, soit deux à Rimouski, un en Matapédia et trois dans l'Ouest de la région.

 

 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média