Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

29 septembre 2020

Carolanne d'Astous Paquet - cdastous@lexismedia.ca

Enfin un refuge animal dans La Matapédia

ADOPTION ANIMAUX

refuge animal

©Photo Facebook - Refuge entre deux niches

Le Refuge Entre Deux Niches verra le jour dans La Matapédia au printemps 2021.

Annika Landry s’apprête à réaliser l’un de ses plus grands rêves, soit celui d’ouvrir un refuge pour les animaux abandonnés ou errants. Le Refuge entre deux niches verra le jour dans La Matapédia au printemps. Découvrez le projet en 10 questions.

1. Où sera situé le refuge animal et quel sera son fonctionnement ?

Nous n’avons pas encore décidé à 100% l’endroit où sera situé le refuge. Plusieurs offres sont sur la table, mais nous en saurons davantage au courant des prochaines semaines. Pour ce qui est du fonctionnement, il y aura plusieurs services offerts en lien avec le refuge. Le refuge sera le point central auquel sera rattaché des services d’aide aux propriétaires de chiens et chats.

2. Tous les types d’animaux y seront hébergés ? 

Pour l’instant, ce ne sont que les chats et les chiens domestiques. Un abandon ou un animal errant. Évidemment, les soins seront apportés à ceux qui seront malades.

3. La Vallée n’a toujours pas de refuge pour les animaux, est-ce l’une des raisons qui t’a incité à démarrer ce projet ?

Exactement. La vallée manque énormément de ressources sur le côté animalier. Avec les nouvelles lois municipales qui ont été annoncées, nous devons agir vite. 

4. Tu travailles dans le domaine animalier ou c’est vraiment une passion qui occupe tes temps libres ?

Un peu des deux je vous dirais. De métier, j’étais préposée aux bénéficiaires et toiletteuse à temps perdu. J’ai aussi eu le service de pension canine et de refuge familial lors des cinq dernières années. Par manque d’installations et avec l’arrivée de mes deux enfants, j’ai dû mettre mon projet sur pause.

5. Est-ce un projet que tu chéris depuis longtemps ?

Je le chéris depuis mon premier cours de projet personnel d’orientation (PPO) à l’école, en troisième secondaire! Si vous demandez à mes anciens professeurs, ils vous diront que j’ai à cœur ce projet depuis très longtemps.

6. Pourquoi souhaites-tu consacrer ton temps à la cause animale ?

Parce que trop peu de gens le font. Beaucoup de gens sont tristes de voir ce qui se passe envers nos animaux, mais malheureusement peu de gens agissent. Moi, j’agis. Si personne ne le fait, qui le fera?

7. Pourquoi crois-tu que ce service aura sa place dans la Vallée ?

Parce que les Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) des autres villes ne peuvent nous offrir leurs services, puisqu’ils en ont déjà plein les bras avec leurs secteurs.

8. Le Québec est malheureusement champion pour l’abandon des animaux, est-ce une réalité qui se fait observer ici en région ?

Beaucoup de gens dans la Vallée ont a cœur la sécurité et la santé de leur animal. Par contre, comme partout ailleurs, les logements qui n’acceptent pas les animaux de compagnie sont nombreux. Le risque d’abandon est alors autant présent qu’ailleurs. Ce qui n’aide pas aussi, c’est que les services d’aide pour les comportements animaliers sont peu nombreux en région. Peu de gens savent réellement écouter les besoins de leur animal. Je veux leur enseigner et offrir des services qui diminueront les risques d’abandon.

9. À quoi ressembleront les installations pour les animaux ?

Les installations seront composées d’enclos sécuritaires intérieurs ainsi que d’enclos extérieurs où les chiens pourront se dépenser comme bon leur semble. On offrira un encadrement sécuritaire et propre où nos animaux, ils seront traités aux petits oignons.

10. Est-ce que tu as obtenu de l'aide financière pour ce projet ?

Je n’ai aucune aide financière. Depuis cinq ans, je ramasse des dons ici et là. J’ai organisé une journée toilettage avec une généreuse amie toiletteuse. Une photographe merveilleuse m’a offert une journée de mini-séances photos pour ramasser des dons également. Une autre personne a même organisé une activité au profit du refuge. Le reste des coûts, je l’ai endossé personnellement avec mon conjoint.

Pour en savoir plus, veuillez visiter la page Facebook du nouveau refuge matapédien.

anika landry

©Photo Gracieuseté – Carolanne Allard photographie

La Matapédienne Annika Landry concrétisera un rêve ce printemps.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média