Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

15 septembre 2020

Carolanne d'Astous Paquet - cdastous@lexismedia.ca

Un pionnier du monde de la santé honoré à Amqui

MÉDAILLE ASSEMBLÉE NATIONALE

didace bourgeois

©Photo l’Avant-Poste – Carolanne D’Astous Paquet

Dimanche dernier, le chef intérimaire du Parti Québécois a procédé à la remise de la médaille de l’Assemblée nationale au Dr Bourgeois, chirurgien retraité de l’Hôpital d’Amqui.

Le député de Matane-Matapédia, Pascal Bérubé, a remis la Médaille de l’Assemblée nationale du Québec au Dr Didace Bourgeois pour sa grande contribution dans le domaine chirurgical et son dévouement envers la communauté matapédienne.

Originaire de Chéticamp, en Nouvelle-Écosse, Didace Bourgeois entame des études pour devenir prêtre catholique, pour le plus grand bonheur de sa famille. « Ma mère n’a jamais accepté que je ne devienne pas un prêtre », a-t-il exprimé dimanche dernier. Or, il n’aura fait qu’une brève incursion dans la profession religieuse en réorientant sa carrière deux semaines après son entrée au séminaire.

La médecine comme vocation

Le jeune Didace contacte l’institution néo-écossaise, Dalhousie University, afin d’entrer dans son programme de médecine. Ce dernier essuie toutefois un refus expliqué par le retard de sa candidature et son nom francophone, une discrimination plutôt courante à l’époque pour les Acadiens minoritaires en sol anglophone. Didace Bourgeois ne se laisse surtout pas abattre et applique à l’Université Laval où il est immédiatement accepté à la faculté de médecine. L’apprenti médecin s’illustre parmi les meilleurs de sa cohorte et cumule plusieurs mentions d’honneur tout au long de son parcours scolaire.

Le jeune prodige acadien perfectionne ensuite son métier du côté de Chicago dans une institution spécialisée en chirurgie, soit l’American College of Surgeons. Après quelques mois de pratique en Nouvelle-Écosse, le nouveau diplômé choisit l’Hôpital d’Amqui comme lieu de travail. C’est donc le début d’une grande histoire d’amour entre Didace Bourgeois et La Matapédia, sa nouvelle terre d’accueil où il prend comme épouse madame Gertrude Lacombe. De leur union est né leur fils André, devenu un entrepreneur bien établi dans l’industrie forestière matapédienne.

Une cérémonie à la hauteur de l’homme

Le 13 septembre dernier, famille et amis se sont rassemblés pour célébrer la carrière honorable du chirurgien tant apprécié. André Bourgeois a d’ailleurs rendu hommage à son père en prenant soin de souligner la fierté qu’il éprouve pour ce dernier. « Encore aujourd’hui, je rencontre des gens qui me disent, ton père m’a enlevé ci, ton père m’a coupé ça, ton père m’a sauvé la vie. Comment ne pas être fier de son père ? », a-t-il dit en provoquant quelques éclats de rire. Rappelons que Didace Bourgois a effectué la toute première opération de l’Hôpital d’Amqui, 57 ans auparavant.

Du haut de ses 90 ans, Didace Bourgeois n’a rien perdu de sa détermination. L’ancien héros du bloc opératoire d’Amqui a même profité de l’occasion pour aborder le maintien des soins de santé dans La Matapédia. « Malgré mon âge, je milite encore pour obtenir la gouvernance locale », a-t-il admis lors de son discours. Le député de Matane-Matapédia, Pascal Bérubé, a pour sa part témoigné sa gratitude envers le nouveau médaillé de l’Assemblée nationale. « Vous auriez pu œuvrer partout dans le monde avec votre talent, mais vous avez choisi La Matapédia. »

Le député n’a pas hésité à faire un clin d’œil aux mesures sanitaires actuelles, donnant lieu à une cérémonie bien différente qu’à l’habitude. « Réalisez-vous qu’aujourd’hui nous allons honorer quelqu’un qui pour l’essentiel de sa carrière, portait un masque, pensez-y. Alors lui, c’est le plus habitué de nous tous à porter un masque », a-t-il lancé avec un brin d’humour.

L’homme honoré a alors conclu la cérémonie en rendant hommage à sa femme et son fils. « Ces deux personnes sont responsables de ma réussite professionnelle étant donné que j’étais plus souvent absent, que présent. »

pascal bérubé

©Photo l’Avant-Poste – Carolanne D’Astous Paquet

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média