Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

25 août 2020

Carolanne d'Astous Paquet - cdastous@lexismedia.ca

La Matapédia se mobilise contre la berce sphondyle

DANGER

berce sphondyle

©Photo Gracieuseté - OBVMR

La berce sphondyle est dotée d’une sève toxique capable de causer d’importantes brûlures sur la peau.

La berce sphondyle gagne de plus en plus de terrain sur le territoire, si bien que la plante exotique a littéralement envahi la Matapédia. Plusieurs municipalités mettent en place des initiatives pour limiter sa propagation.

Véritable menace pour la biodiversité et la santé publique, la berce sphondyle se fait remarquer dans les 18 municipalités de la Vallée. Surtout présente le long des cours d’eau, des routes et de la voie ferrée, la plante menaçante envahit désormais les terres agricoles comme les secteurs résidentiels. « À Sayabec et Amqui, on en retrouve beaucoup dans la ville, et du côté de Causapscal, il y a certains secteurs assez problématiques aussi », affirme la biologiste Valérie Delisle-Gagnon, en ajoutant que le secteur entourant l’ancienne gare de Causapscal et le centre-ville, non loin du Parc de la Pointe, sont des zones chaudes.

Publicité

Défiler pour continuer

Les nombreuses études effectuées par l’organisme de bassin versant Matapédia-Restigouche (OBVMR) auront permis de faire quelques constatations. D’une part, la berce sphondyle est capable d’envahir pratiquement tous les types de milieux, ce qui facilite son invasion. De plus, l’homme est en grande partie responsable de la colonisation de l’espèce, puisqu’il facilite le transport de terre contaminée par la berce. Notons qu’une seule fleur blanche peut produire jusqu’à 800 graines, pour ainsi en répandre des centaines aux alentours.   

 « Ça fait plusieurs années qu’on travaille sur la berce sphondyle, là on commence à avoir une cartographie assez complète, donc on a compris qu’il vaut mieux y aller de façon méthodique pour l’éradiquer », explique la biologiste de l’OBVMR en parlant des méthodes d’élimination de l’espèce. Il vaut mieux y aller en deux phases, selon l’experte. « Il faut vraiment arracher la plante au printemps, avant sa floraison et couper les fleurs blanches à l’été, au mois d’août idéalement. »

berce sphondyle bébé

©Photo Gracieuseté - OBVMR

La berce sphondyle est plus difficile à identifier avant sa floraison.

Un pour tous, tous contre la berce

Si l’organisme de bassin versant Matapédia-Restigouche a toujours déployé les efforts nécessaires dans la lutte contre la berce sphondyle, c’est maintenant au tour de la population d’y mettre du sien. Des corvées citoyennes ont été mises en place pour vaincre la plante envahissante, notamment dans les municipalités d’Albertville et de Sainte-Irène.

« Les gens nous contactent pour savoir comment organiser tout ça, nous on y va, et on montre ce qu’est une berce, comment l’arracher et tout. On veut s’assurer que les gens font ça comme il faut », affirme Valérie Delisle-Gagnon en faisant référence aux techniques utilisées pour enrayer la plante. Une corvée est d’ailleurs prévue ce samedi 29 août du côté de Causapscal, une initiative du service des loisirs. Le rendez-vous est donné au cimetière de Causapscal, sur la 132 en direction de Sainte-Florence.

Force est d’admettre qu’il n’est pas simple d’exterminer la plante une fois qu’elle s’établit dans un milieu. « Il ne faut pas essayer de s’en débarrasser d’un seul coup quand il y en a beaucoup, c’est un travail de longue haleine. Après l’arrachage, elle va repousser, les gens ont l’impression que ça ne sert à rien mais c’est efficace, les colonies diminuent année après année lorsqu’on fait ça », poursuit la porte-parole de l’OBVMR.

corvée berce

©Photo Gracieuseté - OBVMR

L’OBVMR invite les propriétaires de terrains privés à signaler la berce sphondyle en contactant leur municipalité. « La berce, c’est la faute de personne, donc de ramener la responsabilité au propriétaire privé, ça ne règle pas vraiment la problématique parce que dans certains cas l’envahissement est tellement avancé qu’il est impossible de remédier à cela tout seul », conclut Valérie Delisle-Gagnon.Pour en savoir plus au sujet de la berce sphondyle, veuillez visiter le site web de l’OBVMR.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média