Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

20 juin 2020

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Pascal Bérubé et Méganne Perry Mélançon réitèrent leur opposition envers le projet de loi 61

PROJET DE LOI CONTROVERSÉ

Pascal Bérubé Méganne Perry Mélançon

©Stéphane Quintin - L'Avant-Poste

Méganne Perry Mélançon en compagnie de son chef, le député de Matane-Matapédia, Pascal Bérubé.

Les députés péquistes de l'Est-du-Québec, Pascal Bérubé et Méganne Perry Mélançon, ont réitéré qu'ils ne feraient aucune concession sur le respect des règles liées à l'environnement et à l'intégrité qu'ils estiment bafouées dans la mouture actuelle du projet de loi 61 du gouvernement caquiste.

Le controversé projet de loi du gouvernement Legault prévoit la mise en chantier rapide de plus de 200 projets dont la rénovation de CHSLD, la réhabilitation du chemin de fer gaspésien et la construction de maison des aînés, notamment à Rivière-au-Renard et Rimouski. Or, si le Parti québécois ne s'oppose pas à ces projets en tant que tel, il remet en question la façon dont le gouvernement souhaite les réaliser.

Pour le chef intérimaire du Parti québécois, Pascal Bérubé, le gouvernement de son ex-collègue François Legault se donne des pouvoirs démesurés. « Tous les analystes et spécialistes, dont les membres du comité de suivi de la commission Charbonneau, se sont accordés pour dénoncer ce gouvernement qui voulait se donner trop de pouvoirs, trop vite, et sans garde-fou. »

Il n'est pas le seul à penser ainsi. Les autres partis d'opposition, soit le Parti libéral et Québec Solidaire ont également vivement critiqué le projet de loi et, avec le PQ, ont bloqué son adoption la semaine dernière. Le premier ministre a alors déclaré que les partis d'opposition étaient responsables que certains projets ne puissent pas aller de l'avant cet été. « Le processus, les délais pour réaliser des infrastructures, c'est beaucoup trop long, plus long qu'ailleurs, et puis c'est vrai pour les écoles, c'est vrai pour les CHSLD, c'est vrai pour les hôpitaux, c'est vrai pour les routes, c'est vrai pour les métros. »

Pas à n'importe quel prix

Quant à la député de Gaspé, Méganne Perry Mélançon, elle réitère qu'elle est en faveur d'une relance de l'économie, mais pas à n'importe quel prix. Selon la députée, le gouvernement de François Legault aurait eu tout intérêt à scinder son projet de loi afin de permettre les mesures dites raisonnables. « Pas question de laisser la CAQ gouverner par décrets. Pas question, non plus, de la laisser contourner les règles environnementales et la Loi sur les contrats des organismes publics. Il est hors de question que les Québécois vivent une seconde commission Charbonneau. »

Méganne Perry Mélançon et Pascal Bérubé sont d'avis que des projets peuvent se réaliser rapidement tout en respectant les règles en vigueur. Si le gouvernement brandit la menace que certains chantiers seront paralysés en raison de la non-adoption de son projet de loi, les députés péquistes affirment le contraire. « Le développement économique de nos villes et de nos régions passe obligatoirement par le respect de règles claires, et nous ne ferons aucun compromis là-dessus. Nous allons donc rester vigilants et continuerons de surveiller le gouvernement dans sa gestion de l’argent des Québécoises et des Québécois. »

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média