Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

05 mars 2020

Carolanne d'Astous Paquet - cdastous@lexismedia.ca

Couvent de Lac-au-Saumon : toujours pas d’acheteur

BÂTIMENT PATRIMONIAL

couvent lac-au-saumon

©Photo l’Avant-Poste – Carolanne D’Astous Paquet

Le couvent des sœurs de Notre-Dame Reine du Clergé pourrait éventuellement être vendu à un promoteur.

Officiellement en vente depuis plus d’un an, la Maison-mère des Servantes de Notre-Dame Reine du Clergé n’a toujours pas trouvé preneur, malgré le fait que plusieurs promoteurs aient manifesté leur intérêt à se porter acquéreur.

16 mois se sont écoulés depuis l’annonce du déménagement envisagé par la Congrégation. Bien de l’eau a coulé sous les ponts après la mise en vente de l’imposant bâtiment religieux saumonois qui abrite une cinquantaine de résidents et emploie une soixantaine de personnes.

Si des options intéressantes, telles qu’une résidence pour aînés, un centre pour personnes handicapées et pour personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer et une Coopérative de travaillleurs, ont notamment plané au-dessus de la Maison-mère, aucun de ces projets ne s’est toutefois concrétisé.

« Dans les projets qu’on avait entrepris, il n’y a pas eu de conclusion pertinente, donc les démarches que nous avons fait jusqu’à présent n’ont pas porté fruit », affirme sœur Chantal Blouin. « Les dossiers sont entre les mains de nos courtiers, il y a eu des acheteurs potentiels, mais ça n’a pas été concluant là non plus. Nous sommes toujours à l’étude », poursuit-t-elle.  

Avortement d’un projet prometteur

Un promoteur de la région de Lanaudière souhaitait ardemment acquérir le couvent des soeurs Notre-Dame Reine du Clergé pour en faire un centre national destiné aux personnes qui vivent avec la trisomie 21 ou toute autre déficience intellectuelle, mais ses prières n’ont pas été entendues. Après des mois de démarches, le projet a finalement été refusé par la Congrégation.

 « On s’est déployé en énergie et en temps, et pendant ce temps-là, on avait d’autres dossiers d’acquisition en Montérégie. On a malheureusement perdu ces opportunités-là, puis là, on n’a plus rien », exprime le président du Centre national de la Trisomie-21 La Maison Anne et Charles de Gaulle, monsieur Sylvain Fortin, visiblement déçu de la tournure des événements.

couvent lac-au-saumon

©Photo l’Avant-Poste – Carolanne D’Astous Paquet

« Nous essayons de faire des choses qui sont appropriées et qui vont assurer la sécurité des sœurs et la vision même de la Congrégation », explique sœur Chantal Blouin. Selon des sources bien informées, un autre projet potentiel serait présentement sous la loupe. Sœur Chantal Blouin a toutefois refusé de commenter le dossier qui serait à l’étude.

Bien que les religieuses en tête de l’édifice espéraient régler le dossier d’ici la fin 2020, aucune date charnière ne serait coulée dans le béton, selon les informations de sœur Chantal Blouin. « On est chez nous, on continue de prendre soin de nos sœurs, de leur donner ce dont elles ont besoin », conclut-elle.

Rappelons que les Servantes de Notre-Dame Reine du clergé ont prise cette décision pour des raisons administratives liées à l'enjeu démographique qui frappe la Congrégation. 30 soeurs sont d'ailleurs âgées de plus de 86 ans alors que seulement deux religieuses ont moins de 70 ans. 

Commentaires

8 mars 2020

Alain Saint-Amand

Excellente mise à jour!

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média