Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

20 novembre 2019

Carolanne d'Astous Paquet - cdastous@lexismedia.ca

Des paramédics au bout du rouleau

AMBULANCES

ambulances

©Photo archives

La Fédération des employés du préhospitalier du Québec (FPHQ) dénonce le retardement de l’abolition des horaires de faction imposés aux services ambulanciers dans l’est de la province, une mesure qui se fait notamment attendre dans La Matapédia et La Matanie depuis quelques mois déjà.

La FPHQ demande au regroupement de services préhospitaliers « Paraxion » de cesser les horaires 24 heures sur 24 pendant sept jours consécutifs et de mettre en place les horaires à l’heure, tel que promis du côté de Sayabec en avril dernier. En revanche, Paraxion tarderait à abolir les horaires de faction sous prétexte d’une pénurie de personnel. « Depuis 20 mois, les paramédics de Sayabec attendent d’avoir leur changement d’horaire », explique Jérémie Landry, vice-président aux relations de travail à la FPHQ.

Bien que le précédent gouvernement ait annoncé du financement pour faciliter la transition des horaires de faction en horaires à l’heure, force est de constater que le dossier est actuellement au point mort sur le territoire matapédien. « Actuellement, quand quelqu’un appelle les services d’urgences, les ambulanciers partent de chez eux, ils doivent se rendent à la caserne, ce qui rallonge les délais d’intervention », poursuit le porte-parole de la FPHQ.

Selon Jérémie Landry, le maintien des horaires de faction ne fait pas qu’allonger les délais d’intervention, il aggrave également les conditions de travail des paramédics de même que la pénurie de main d’œuvre qui sévit dans le domaine. « Les horaires à l’heure vont faire en sorte que les ambulanciers seraient dans l’ambulance, prêts à répondre, on viendrait sauver des délais d’intervention là-dessus et on viendrait améliorer les conditions de travail des paramédics car être de garde 24 heures, 7 jours sur 7, ce n’est pas une vie. »

Rappelons que les horaires de faction obligent les paramédics à devoir être disponibles 24 heures par jour et ce pendant 7 jours consécutifs, une semaine sur deux, ce qui les forcent à intervenir 168 heures par semaine. « L’ambulancier sur appel est seulement payé pour 80 heures », indique Jérémie Landry en parlant des horaires de faction. Nul besoin d’ajouter qu’il s’agit d’un mode de vie difficile qui ne facilite en aucun cas la conciliation travail-famille.

« Les paramédics de l’Est-du-Québec méritent d’avoir de meilleures conditions de travail! Un premier pas dans ce sens est l’abolition des horaires de faction qui infligent aux paramédics qui ne souhaitent qu’effectuer leur travail, l’impossibilité de répondre rapidement à des appels d’urgence dans lesquels des vies sont en jeu et une vie constamment interrompue par leur travail. »

Matane attend la transition de Sayabec

Du côté de Matane, l’inaction de Paraxion à Sayabec aurait pour effet de paralyser la transition aux horaires à l’heure. « Les techniciens paramédicaux de Matane se voient subir les conséquences de la lenteur d’une entreprise dont ils ne sont même pas les employés, puisqu’ils sont tenus d’attendre la transition de Sayabec avant d’entamer la leur », a-t-il été mention dans un communiqué de la FPHQ.

Jérémie affirme que Matane et Sayabec devront adhérer aux horaires à l’heure en symbiose de sorte à favoriser le déploiement dynamique des ambulances sur les deux territoires. « Tant et aussi longtemps que Paraxion Sayabec ne convertira pas ses horaires à l’heure, Matane ne pourra pas avoir une conversion d’horaire. »

« On trouve qu’il y a de la perte de temps, il faudrait que le CISSS et le ministère de la Santé et des Services sociaux exercent les pressions nécessaires pour demander aux entreprises de se convertir », conclut Jérémie Landry.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média