Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

24 octobre 2019

Carolanne d'Astous Paquet - cdastous@lexismedia.ca

La problématique de sécurité persiste au palais de justice d'Amqui

SÉCURITÉ PUBLIQUE

Palais de justice amqui

©Photo archives - l’Avant-Poste

Le personnel du palais de justice dénonce les lacunes pouvant mettre en péril leur sécurité.

En juillet 2018, une sortie médiatique dénonçant le manque d’encadrement sécuritaire au palais de justice d’Amqui avait même résonné dans l’arène politique provinciale. Un an plus tard, le dossier est au point mort, mais les intervenants concernés reviennent à la charge dans l’espoir que des améliorations soient enfin apportées.

Les problématiques de sécurité ont été rendues publiques, l’année dernière, lorsque des agents correctionnels du palais de justice de Mont-Joli ont littéralement refuser d’accompagner les détenus en raison des conditions dangereuses dans lesquelles ils devaient exercer leurs fonctions.

Cette vague de dénonciation a ainsi déferlé jusqu’à Amqui, où des avocats qui œuvrent en matière criminelle ont aussi manifesté leur inquiétude à l’égard des lacunes de sécurité rencontrées aux abords du palais de justice.

 

palais amqui

©Photo l’Avant-Poste – carolanne D’Astous Paquet

« Ça fait des années qu’on se plaint de la situation parce que les locaux ne sont pas sécuritaires, pour les détenus, pour les agents et pour les avocats », affirme l’avocat Hugo Caissy en ajoutant que l’augmentation des troubles de santé mentale chez les détenus fragilise d’autant plus la sécurité des employés. « On ne sait jamais ce qui peut arriver », lance-t-il.

« Dans le donjon »

Au palais de justice d’Amqui, c’est surtout l’entrée des prisonniers qui est remise en question, se faisant par la porte principale, là où les juges et les avocats entrent également. « Il pourrait arriver une situation où un détenu croiserait un juge en montant ou en descendant les escaliers, ça pourrait être dangereux », explique l’avocat Hugo Caissy.

Bien que le dossier soit jugé prioritaire depuis cinq ans, monsieur Caissy déplore l’inaction des autorités concernées. « La détention se stationne sur le boulevard pour débarquer les détenus ici, s’il y en a un qui décide de se sauver, il y a ça aussi comme problématique », explique celui qui exerce couramment son métier au palais de justice d’Amqui.

Le même genre de problématique serait aussi dénotée à Sainte-Anne-des-Monts alors que les prisonniers sont escortés au deuxième étage par les mêmes escaliers utilisés par le personnel du palais de justice et les employés des organismes se trouvant dans le même bâtiment.

Palais justice amqui

©Photo l’Avant-Poste – carolanne D’Astous Paquet

Les rencontres client / avocat ont lieu dans cette aire ouverte.

Problématique de confidentialité

Monsieur Caissy admet que certaines lacunes se font également remarquer au niveau de la confidentialité. « Tout ce qu’on dit là avec un client, les gardiens peuvent l’entendre, même chose pour les accusés, donc ça ne protège pas leurs droits. »

Rappelons que le palais de justice de Mont-Joli s’est vu remettre une enveloppe pour la rénovation et le réaménagement des lieux, nécessitant des investissements de près de 300 000 $.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média