Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

23 octobre 2019

Carolanne d'Astous Paquet - cdastous@lexismedia.ca

Dans l’univers inusité d’Alexandre : artisan-brasseur

ROUTE DES BIÈRES

bière

©Photo l’Avant-Poste – Carolanne D’Astous Paquet

Natif de Causapscal, Alexandre est le créateur qui se cache derrière les bières offertes exclusivement à la microbrasserie La Captive.

L’essor des bières de microbrasserie aura été favorable à l’éclosion du domaine brassicole en province, un métier plus complexe qu’il n’en a l’air. Découvrez l’univers inusité d’un artisan-brasseur de la Vallée, Alexandre Pineau.

C’est en 2007 qu’Alexandre déguste sa première bière de microbrasserie et qu’il développe conséquemment, une véritable passion pour le houblon. « Je n’ai pas acheté de bière commerciale depuis ce temps-là », révèle le brasseur matapédien.

De fil en aiguille, Alexandre approfondit ses connaissances en matière de brassage et entame ses premières productions maisons, au grand bonheur de son cercle d’amis. Si l’idée d’en faire un métier fermente pendant quelques années, c’est en 2016 qu’Alexandre fait le grand saut dans l’univers brassicole.

Aujourd’hui co-propriétaire de la microbrasserie La Captive d’Amqui et brasseur au même endroit, Alexandre ne cesse d’innover en créant différentes variétés de bières artisanales.

 

L’artisan derrière le produit

Réputé pour élaborer des recettes de bières goûteuses, l’artisan-brasseur admet que la production en grande quantité constitue un réel défi. « Les journées de brassage, c’est des grosses journées ». Avant d’être versée dans votre verre, la bière doit passer par un long processus de brassage.

Alexandre explique que tout part du grain malté (maltage) qui est ensuite infusé dans l’eau chaude (empâtage et ébullition), pour ensuite procéder au refroidissement, puis à la fermentation, soit l’étape finale de la fabrication. « Pour chaque production, la préparation, la stérilisation et le nettoyage des équipements ça représente environ les 2/3 du travail. »

La Captive

©Photo l’Avant-Poste – Carolanne D’Astous Paquet

Toujours à la recherche du meilleur produit possible, Alexandre admet accorder beaucoup d’heures à la recherche et développement. « Chaque fois qu’on sort une bière, même si les commentaires sont positifs, je vais toujours chercher à l’améliorer », révèle celui qui signe une vingtaine de recettes à La Captive.

Bien qu’il fasse preuve d’un grand esprit critique, le brasseur méticuleux puise aussi sa motivation dans la satisfaction de sa clientèle. « C’est quand même plaisant quand un client dit que c’est la meilleure bière qu’il a bu. » Parmi ses créations, Alexandre se dit particulièrement fier de « La Alkatraz », une ambrée américaine aux arômes de conifères qui lui vaut souvent de bons mots.

Notons qu’une nouvelle bière fera son apparition la semaine prochaine à La Captive. La microbrasserie matapédienne fait également partie de la Route des bières de l’Est du Québec, un circuit touristique qui justifie le fort achalandage du lieu populaire, surtout en période estivale.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média