Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Santé

Retour

21 octobre 2019

Collaboration spéciale - contact@lexismedia.ca

3 pathologies nerveuses les plus courantes en rhumatologie

Publireportage en santé

Douleur poignet

©Depositphotos - L'Avant-Poste

Il y a trois types de maladies nerveuses en rhumatologie : les maladies du système nerveux central (la sclérose en plaques par exemple ou la maladie de Parkinson), les affections du système nerveux périphérique (le canal carpien ou la maladie de Guillain-Barré) et les pathologies du système nerveux autonome (les vertiges). Elles ont la particularité d’entraver la capacité de réception des informations et leur traitement par le cerveau. Le diagnostic précoce est important pour optimiser le traitement.

1. Le syndrome du canal carpien : la maladie la plus fréquente

Le syndrome du canal carpien se manifeste par des fourmillements, des engourdissements et une perte de la force musculaire à terme. Elle provient d’une compression du nerf médian dans le tunnel carpien dont les causes sont multiples :

  • L’arthrose,
  • Une fracture,
  • Un épaississement de la synoviale,
  • Une polyarthrite,
  • Des causes hormonales,
  • Des mouvements répétés ou l’utilisation d’outils vibrants dans le cadre professionnel.

La compression du nerf médian perturbe la transmission des messages par le cerveau à la main d’où une sensation d’inconfort. Souvent passagère au début, elle s’accentue au fil des années. Cette maladie touche plus fréquemment les femmes que les hommes à partir de la cinquantaine. Pour la diagnostiquer, il faut faire un électromyogramme de la main. Plusieurs traitements sont efficaces avant d’envisager l’intervention chirurgicale, surtout si elle est traitée au premier stade de son évolution.

2. Le syndrome de Guillain-Barré

Le syndrome de Guillain-Barré est une maladie auto-immune, c’est-à-dire que le système de défense immunitaire se retourne contre l’organisme hôte. Il s’agit ici d’une inflammation du système nerveux périphérique qui entraîne des troubles sensitifs, une faiblesse musculaire ou encore une réduction des réflexes.

L’origine de la maladie est une infection intestinale d’origine bactérienne ou virale. Le principal problème réside dans le diagnostic, difficile à établir, mais le traitement est efficace dans 45% des cas s’il est précoce.

3. La maladie de Parkinson

La maladie de Parkinson est une maladie neurodégénérative qui touche 1% de la population âgée de plus de 60 ans. Ses causes sont encore inconnues, mais on suppose qu’elle serait favorisée par une exposition régulière à des pesticides ou à des métaux lourds (plomb, mercure, aluminium, cobalt). On suspecte également un régime pauvre en antioxydants. 

Les symptômes sont identifiables par un ralentissement de la planification et de l’exécution des mouvements, une rigidité musculaire et des tremblements des membres au repos. En cause : la perte progressive des neurones qui sécrètent la dopamine. Le traitement est médicamenteux associé à une rééducation cognitive.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média