Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

28 août 2019

Stéphane Quintin - squintin@lexismedia.ca

Rémi Massé lance sa campagne à Matane, brandit son bilan et mise sur le développement

Lancement

Rémi Massé François-Philippe Champagne

©Stéphane Quintin - L'Avant-Poste

Le député sortant Rémi Massé a lancé sa campagne électorale à Matane le 27 août en compagnie du ministre François-Philippe Champagne, qui a appelé les militants à la mobilisation.

Le député libéral sortant d’Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia, Rémi Massé, a procédé au lancement officiel de sa campagne électorale le 27 août au club de golf de Matane, en présence du ministre de l’Infrastructure et des Collectivités François-Philippe Champagne et devant près de 130 personnes.

Face à un auditoire conquis, où figuraient par ailleurs le député fédéral de Madawaska-Restigouche René Arseneault et la candidate libérale à Rimouski Chantal Pilon, le député en a profité pour faire de son bilan sa carte de visite, mettant l’accent sur le développement économique de la circonscription, dans laquelle il a rappelé que 165 M$ avaient été investis et 220 nouveaux emplois fédéraux créés, dont 120 à l’édifice René-Tremblay de Matane. « On souhaite poursuivre la création d’emplois, continuer à investir dans nos infrastructures, les télécommunications, et continuer à aider les aînés dans la région », a-t-il avancé, en énumérant les grandes mesures annoncées au cours des quatre dernières années, des investissements à l’aéroport de Mont-Joli à la réfection du quai de Carleton-sur-Mer et du port de Matane, en passant par la protection des berges. « Quand Rémi parle, Ottawa écoute », a mis en avant le ministre Champagne, qui a affirmé que la prochaine campagne serait plus dure et appelé les militants à la mobilisation.

Rémi Massé

©Stéphane Quintin - L'Avant-Poste

Rémi Massé a brandi la carte du développement économique et de son bilan dans ce domaine pour faire figure d'engagement de campagne.

Les questions environnementales          

Rémi Massé a rappelé l’engagement du Premier ministre de bannir le plastique à usage unique, de fixer un prix sur la pollution par le carbone ou encore d’augmenter la proportion des milieux côtiers et marins protégés à 10 %. « J’ai des enfants qui sont préoccupés par l’environnement et qui travaillent avec nous. On recycle. On composte. On ramasse le plastique au bord des plages. On est bien branchés sur le sujet », a-t-il poursuivi, en regrettant que certains députés conservateurs se questionnent encore sur la réalité des changements climatiques.

Alors que la candidate du Bloc québécois, Kristina Michaud, avait déclaré le 22 août que toutes les émissions de gaz à effet de serre générées par ses déplacements à venir seraient compensées, victoire ou non, par la plantation d’arbres dans la circonscription, Rémi Massé n’a pas pris l’engagement de mener pour sa part une campagne carboneutre. « Je me suis fait critiquer parce que j’utilise un motorisé mais, pour moi, la conciliation travail-famille est très importante et j’ai la chance d’avoir cet outil-là à ma disposition pour que mes enfants, les soirs ou la fin de semaine, puissent être avec leur papa ».

Le député sortant a assuré que les questions environnementales seraient mises en avant sur la plateforme du parti et s'est justifié de l'emploi de son motorisé pendant la campagne pour concilier travail et famille.

« Tant que je serai là, l’avenir de l’édifice fédéral est assuré. » - Rémi Massé

Quelques engagements         

En attendant la publication de la plateforme électorale de son parti, Rémi Massé n’a pas manqué de prendre d’ores et déjà quelques engagements, notamment en matière d’emploi dans la région. « Tant que je serai là, l’avenir de l’édifice fédéral est assuré », a-t-il lancé, en rebondissant sur l’attente du rapport devant statuer sur l’avenir des emplois fédéraux à Matane, localisés dans un bâtiment de 44 ans qui devrait être soit rénové de l’intérieur, soit agrandi, soit déménagé.

« Une chose est sûre, si les gens me confient un nouveau mandat, on va continuer à assurer le développement de l’édifice », a-t-il garanti, répondant à la candidate bloquiste qui avait exprimé le jour même sa crainte de voir un contrat de numérisation de documents par l’Agence du revenu du Canada échapper à Matane.

« On aura sans doute des choses à dire sur ce dossier dans les prochaines semaines », a réagi M. Massé, certifiant qu’un projet pilote était en cours de développement pour s’assurer de la faisabilité du projet à Matane et que d’autres ministères étaient intéressés à faire affaire avec cette expertise locale. Quant à l’implantation d’emplois fédéraux dans la Matapédia, le député sortant a expliqué qu’il avait besoin d’un mandat supplémentaire pour la réaliser.

Rémi Massé François-Philippe Champagne

©Stéphane Quintin - L'Avant-Poste

Chantal Pilon, candidate libérale à Rimouski, Rémi Massé et l'un de ses garçons, William, le ministre François-Philippe Champagne et le député néo-brunswickois voisin René Arseneault.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média