Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

15 août 2019

Carolanne d'Astous Paquet - cdastous@lexismedia.ca

Déversement inquiétant dans la rivière Humqui : l’OBVMR réagit

AMQUI

©Photo Gracieuseté

L’Organisme de bassin versant Matapédia-Restigouche (OBVMR) a fortement été interpellé par cette image d’un trou d’hommes émanant des substances inconnues.

Une grande quantité de ce qui semble être du savon a été aperçue dans la rivière Humqui, en plein centre-ville, pas plus tard que cette semaine. L’Organisme de bassin versant Matapédia-Restigouche (OBVMR) a tenu à sensibiliser la population en rappelant l’importance d’une gestion durable des eaux de ruissellement.

Malgré les nombreux efforts de sensibilisation déployés par l’OBVMR, force est de constater qu’il reste du chemin à faire en termes d’éducation citoyenne à l’égard de la gestion de l’eau de ruissellement.

Les activités humaines en cause

Bien consciente de l’impact négatif d’un tel déversement sur la qualité de l'eau, en l’occurrence l'habitat du saumon atlantique, la directrice générale de l’OBVMR, Mireille Chalifour, confirme que les citoyens sont souvent responsables, sans le savoir, de la pollution des cours d’eau. « Ça peut être dû par quelqu’un qui a lavé son auto, possiblement même 4 ou 5 rues plus loin. »  

L’origine du geste de même que la nature des substances déversées demeurent cependant inconnues puisque la Ville d’Amqui n’a malheureusement pas été avisée à temps. « C’est difficile à retracer », a indiqué le directeur du Service des travaux publics à la Ville d’Amqui. La Ville d’Amqui prend néanmoins le dossier au sérieux en invitant les citoyens et citoyennes à signaler de tels déversements. La porte-parole de l’OBVMR rappelle que chaque activité humaine entre en ligne de compte. « Les gens oublient que ça s’en va directement dans la rivière. »

Gérer l’eau à la source

Visiblement, de meilleures connaissances en matière d’eau de ruissellement peuvent aider la cause. L’OBVMR a d’ailleurs mis en place plusieurs actions pour éduquer davantage les citoyens et les municipalités. « Nous sommes physiquement connectés à la rivière par les trous d’homme qui évacuent les eaux de pluie », a-t-il été mention dans un communiqué de l’Organisme de bassin versant.

L’organisme matapédien a notamment produit un guide sur la confection de jardins de pluie dans l’espoir d’inciter les Matapédiens à en aménager sur leurs terrains. Les jardins de pluie permettent entre autres de mieux capter les eaux pluviales afin qu’elles passent par un processus de filtration et d'épuration naturelle, de plus regénérer la réserve d'eau souterraine. « Il faut gérer l’eau à la source, il faut éviter que ce cocktail urbain se dirige dans nos cours d’eau », a révélé madame Chalifour.

Des pochoirs pour sensibiliser

L’OBVMR a eu l’idée de créer des pochoirs de rue pour renvoyer le message suivant « La rivière à saumon commence dans la rue, sous nos pieds. » Les illustrations ont d’ailleurs été réalisées par des élèves de premier secondaire de la polyvalente Forimont. Les réalisations des pochoirs ont été effectuées, à ce jour, du côté de Causapscal et de Sayabec. La prochaine activité se tiendra à Amqui, le 21 août prochain, de 10h à 12h et de 13h30 à 15h30.

©Photo Gracieuseté - OBVMR

Les pochoirs de rue, où le saumon est à l’honneur, visent à rappeler que la préservation de l’eau débute dans la rue.

©Photo Gracieuseté - OBVMR

L’activité des pochoirs de rue a notamment eu lieu en sol sayabecois, non loin de la Rivière Sayabec.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média