Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

13 août 2019

Carolanne d'Astous Paquet - cdastous@lexismedia.ca

Une Matapédienne en mission humanitaire en Haïti

MATAPÉDIA

©Photo Gracieuseté – Katia Noël

Katia en train de piloter un drone aux côtés de quelques enfants dans le cadre de sa mission.

Policière de profession, Katia Noël entame le cinquième mois de sa mission humanitaire visant à maintenir la justice en Haïti. Lors d’un bref séjour dans son patelin, l’Amquienne a gentiment accepté de nous partager son expérience tant exigeante qu’enrichissante.

En mars dernier, Katia s’est jointe à la mission MINUJUSTH, régie par l’Organisation des Nations unies, afin de soutenir la population haïtienne. Le mandat de Katia consiste notamment à patrouiller la ville de Port-au-Prince, former et outiller la police locale, assurer la capture d’images via l’unité des drones de la MINUJUSTH en plus d’intervenir en cas d’événements majeurs tels que des manifestations ou des catastrophes naturelles entre autres.

 « Nous travaillons 7 jours sur 7 lorsque nous sommes ici, la chaleur et la fatigue deviennent parfois difficiles... j'ai pris mon premier congé après 84 jours de travail, il était temps », a-t-elle exprimé en sol matapédien.

©Photo Gracieuseté – Katia Noël

En mission depuis mars dernier, Katia sera officiellement de retour au bercail en septembre prochain.

Une histoire d’amour avec le peuple haïtien

Haïti est entré dans la vie de Katia bien avant cette mission de six mois. Charmée par ses deux visites effectuées antérieurement dans un orphelinat haïtien, c’est notamment son affection pour la communauté haïtienne qui l’a incité à intégrer la mission MINUJUSTH.

« Les Haïtiens sont gentils, travaillants et résilients. Je m'occupe d'une famille ici depuis 2006, Wiska et sa famille sont formidables. Mon objectif personnel au point de vue humanitaire c'est qu’ils aient leur maison lorsque que je vais quitter en septembre. Les travaux ont commencé et je crois bien atteindre mon objectif. »

La Matapédienne a d’ailleurs tenu à souligner cette volonté qu’ont les Haïtiens d’accéder à de meilleures conditions. « J'aimerais que l'image d'Haïti soit plus positive, c'est un peuple qui veut s'en sortir ... mais qui n'ont pas les ressources pour le faire ... ils manifestent beaucoup, mais c'est la seule façon de se faire entendre pour plusieurs ... les gens ont faim… »

Un coup de foudre pour Belka

Lors de la mission courante, Katia a littéralement vécu un coup de foudre pour une petite chienne errante nommée Belka. Cette dernière avait trouvé refuge et réconfort à la base où Katia séjourne dans le cadre de sa mission. Particulièrement attachante, l’amie à quatre pattes avait, de surcroît, une particularité qui a incité Katia à l’adopter, Belka portait des bébés.

« Belka n’aurait probablement pas survécu, car la mission se termine le 15 octobre et il n’y aura plus personne sur la base où elle vivait. Elle est habituée de se faire nourrir par les humains. »

Après plusieurs démarches, Katia a finalement eu le feu vert pour apporter Belka avec elle dans la Matapédia, lors de son dernier séjour. Belka a finalement mis bas en sol amquien quelques jours auparavant. Il s’agit d’une nouvelle vie pour la petite Belka, nouvellement Canadienne. Notons que la mission de Katia se termine officiellement à la fin septembre, elle sera alors auprès des siens d’ici un peu plus d’un mois.

©Photo Gracieuseté – Katia Noël

Katia en compagnie de sa nouvelle complice, Belka.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média