Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

12 août 2019

Roxanne Langlois - rlanglois@lexismedia.ca

« Tout est possible » -Rémi-Jocelyn Côté

Candidat pour le NPD dans Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia

©Photo gracieuseté - Nouveau Parti démocratique

Le candidat officiel du Nouveau Parti démocratique (NPD), Rémi-Jocelyn Côté (à droite) est photographié avec le député néo-démocrate dans Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les Basques, Guy Caron.

ÉLECTIONS FÉDÉRALES. Un conseiller municipal de Sainte-Luce et conseiller en ventes automobiles, Rémi-Jocelyn Côté, se lance dans la mêlée en vue des prochaines élections fédérales. S’il admet avoir beaucoup de pain sur la planche afin de rallier les militants et de se faire connaître dans Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia, le candidat du Nouveau Parti démocratique (NPD) estime que rien n’est impossible.

Seul en lice, M. Côté a officiellement été choisi candidat du parti dirigé par Jagmeet Singh le 11 août dernier à l’occasion de son investiture tenue à Sainte-Flavie. Le député fédéral de Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les Basques, Guy Caron, qui est également son mentor, s’était déplacé pour l’occasion.

À l’image de l’élu qui siège à la Chambre des communes depuis 2011, l’aspirant politicien a pour ambition d’être à l’écoute de ses concitoyens, disponible pour eux et surtout, présent dans la circonscription. S’il précise en aucun cas vouloir mener une campagne électorale négative, M. Côté est d’avis que le député sortant ne l’a pas été suffisamment au courant de son mandat.

« Avant de penser à me lancer en campagne fédérale, je me demandais qui c’était, Rémi Massé. Là, on le voit depuis six mois. Les élections arrivent et là, […] il est présent », lance celui qui aimerait ouvrir trois bureaux de circonscription s’il est élu le 21 octobre prochain.

Le néo-démocrate se dit d’ailleurs très peu impressionné du bilan du gouvernement libéral de Justin Trudeau. « Je trouve qu’il nous a sacrifiés pour les pétrolières, qu’il nous a sacrifiés pour des grosses poches. Je ne suis vraiment pas satisfait », ajoute M. Côté, qui fait valoir que Justin Trudeau « n’est pas à sa place » en tant que premier ministre.

L’ancien militaire admet avoir voté pour le Bloc québécois jusqu’à la démission du député Jean-François Fortin, en 2014. « Il y a des gens qui disent qu’ils n’y croient plus, je ne serais pas prêt à dire ça. Je pense que le Bloc peut aussi sortir très fort, mais je ne suis pas prêt à dire qu’il a vraiment une place au fédéral. Si le Bloc s’associait avec un autre parti, je pense qu’il serait beaucoup plus fort », explique celui qui, lorsque questionné a cet effet, se dit « oui et non » souverainiste.

Remonter la pente

S’il avoue que l’association néo-démocrate est à reconstruire dans Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia et que l’époque de la vague orange qui a déferlé avec Jack Layton est évidemment révolue, le candidat croit dur comme fer que le NPD est toujours d’actualité.

Admettant avoir « des croûtes à manger » en matière de politique fédérale, Rémi-Jocelyn Côté croit néanmoins en ses chances de mettre la main sur le siège appartenant actuellement à M. Massé. Il rappelle qu’à pareille date en 2011, le NPD n’enregistrait que 11% ou 12 % des intentions de vote ; or, la formation politique a formé l’opposition officielle lors de ce scrutin.

« Oui, il y a une possibilité de remonter la pente. Je pense que tout est possible dans la vie. Ce n’est pas le nombre de fois que tu tombes qui est important, mais bien le nombre de fois où tu te relèves », image celui qui est également copropriétaire d’un club de boxe à Rimouski.

Celui-ci rappelle d’ailleurs que le candidat au scrutin de 2015, Joël Charest, a mené une très bonne campagne ; ce dernier avait d’ailleurs terminé la course au troisième rang, tout juste derrière Kédina Fleury-Samson (Bloc québécois).

Rémi-Jocelyn Côté, qui avoue avoir été littéralement charmé par l’approche et la vision de Jack Layton, croit que le NPD est entre de bonnes mains avec Jagmeet Singh, qu’il qualifie de « très professionnel ».

« C’est l’un des seuls qui a parlé d’injecter de l’argent dans les régions et dans les municipalités. À date, c’est aussi pas mal le seul qui a un plan environnemental réaliste », estime celui qui a notamment été attiré par le NPD en raison de l’importance que la formation politique accorde à la famille.

Des priorités

De nombreux sujets seront à l’ordre du jour de la campagne électorale de M. Côté. « C’est sûr que je vais défendre l’environnement, le recrutement d’employés et le maintien des gens en région. Je veux aussi aider les PME et les petites municipalités à garder leurs jeunes […] », explique celui qui dit sincèrement « vouloir aider sa région ».

Il souhaite également se porter à la défense de l’industrie de la pêche ainsi que des agriculteurs, qui doivent à son avis composer avec les conséquences d’accords internationaux conclus par l’administration Trudeau, notamment en ce qui a trait aux produits laitiers.

Pour le reste, il compte tendre l’oreille aux préoccupations de ses concitoyens. S’il admet ne pas détenir les mêmes ressources financières que ses opposants pour mener la bataille, Rémi-Jocelyn Côté compte se lancer dans une campagne de porte-à-porte massive pour rejoindre électorat.

« Je ne veux pas envoyer de tracts pour rien, je veux vraiment aller à la rencontre des gens […], jaser avec eux et organiser des événements dans leurs secteurs pour ceux qui aimeraient venir me poser des questions et me rencontrer », explique le candidat.

En plus du député sortant Rémi Massé, la bloquiste Kristina Michaud est également dans la course dans le comté d’Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média