Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

21 juin 2019

Stéphane Quintin - squintin@lexismedia.ca

Elle annonce à 26 ans sa candidature à l’investiture du Bloc québécois dans la circonscription

Kristina Michaud Harold Lebel Pascal Bérubé

©Stéphane Quintin - L'Avant-Poste

Originaire d’Amqui, la Matapédienne Kristina Michaud a annoncé à Matane, le 21 juin, sa candidature officielle à l’investiture du Bloc québécois, prévue le 14 juillet. Elle veut devenir la plus jeune et la première députée dans la circonscription d’Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia à l’occasion des élections fédérales qui auront lieu le 21 octobre.

La jeune candidate a fait l’annonce de son engagement à la brasserie artisanale La Fabrique de Matane, où elle était entourée notamment de membres de sa famille ainsi que des députés péquistes Harold Lebel, de Rimouski, et Pascal Bérubé, de Matane-Matapédia. « Kristina travaille à mon cabinet à Québec depuis plusieurs mois. Le PQ et ses membres feront campagne avec elle pour qu’elle soit élue en octobre, après avoir remporté l’investiture », a déclaré le chef parlementaire du PQ, en saluant « la qualité du travail, le sérieux, le dévouement et le dynamisme » de la jeune femme et en rappelant qu’il avait commencé lui-même son cheminement politique par une adhésion au Bloc québécois, représenté aujourd’hui par 10 députés à Ottawa. En attendant son investiture, et en prévision de la campagne qui s’annonce, la candidate a invité la population à venir lui parler des enjeux les plus préoccupants, qu’elle entend étoffer au gré de ses prochaines visites sur le terrain.

La défense de l’environnement au cœur des priorités  

Dans sa déclaration de candidature à l’investiture, Kristina Michaud a commencé par évoquer ses études dans le domaine des relations internationales à l’Université Laval, avant de souligner ses racines matapédiennes, ayant vécu à Amqui jusqu’à ses 17 ans. Conseillère politique au sein du PQ, la jeune femme a déjà eu l’occasion de s’impliquer dans différents dossiers. Elle souhaite avant tout mettre en valeur la protection de l’environnement, un engagement cardinal de son programme, qui comprend aussi des objectifs de rétention de la main-d’œuvre en région, notamment grâce à l’accélération du dossier de délocalisation d’emplois fédéraux dans la Matapédia. Ardente défenseuse de la parité hommes-femmes, elle a rappelé, selon elle, que le Bloc québécois était le seul parti politique capable de soutenir efficacement les intérêts des Québécois à Ottawa.

Concernant la défense de l’environnement, elle a sévèrement critiqué le projet de Trans Mountain et a affirmé que sans le développement des projets pétroliers du reste du Canada, entraînant une augmentation des gaz à effet de serre, la province du Québec à elle seule serait en mesure de mieux répondre aux engagements environnementaux contenus dans l’accord de Paris. « Non seulement le projet Trans Mountain est inacceptable mais il est catastrophique ! », a-t-elle appuyé, en rappelant le soutien des quatre MRC de la circonscription à la déclaration d’urgence climatique. Quant à l’indépendance, elle reconnaît que la thématique n’est plus à la mode mais avance que le sujet n’est pas moins d’actualité. Forte de son expérience en relations internationales, elle aimerait ainsi pouvoir traiter de nation à nation en représentant le Québec.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média