Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

11 juin 2019

Carolanne d'Astous Paquet - cdastous@lexismedia.ca

Des citoyens déplorent le piteux état de la route du Lac Malcom

RÉSEAU ROUTIER

©Photo L'Avant-Poste – Carolanne D’Astous Paquet

La réfection globale de la route du Lac Malcom ne se concrétisera pas cette année, au grand désespoir des trois secteurs concernés, soit les municipalités de Sayabec, Saint-Noël et de Saint-Damase.

C’est connu, l’état de la route qui relie les villages de Sayabec et de Saint-Damase est si catastrophique que de nombreux automobilistes préfèrent emprunter un détour d’une dizaine de kilomètres supplémentaires. Les usagers de cette route devront toutefois prendre leur mal en patience puisque les travaux de réfection routière seront retardés d’un an, minimalement, faute de financement gouvernemental.

Alors que tout portait à croire que ce projet de réfection, présenté en 2017 au Ministère des Transports et accepté la même année, se réaliserait en 2019, c’est un tout autre scénario qui s’est produit du côté de Sayabec, soit la municipalité en charge du dossier. Pourtant admissible à l’aide financière du programme RIRL, le projet de la route du Lac Malcom, évalué à plusieurs millions, n’aurait toujours pas reçu les subventions nécessaires à la réalisation des travaux. Pourtant jugée prioritaire, la refonte routière sera alors reportée au printemps 2020 pour des raisons budgétaires, selon un communiqué paru le 30 mai dernier.

« Sachez que tout comme vous, nous sommes désolés et déçus qu’après tant d’années, la réfection de cette route se fasse toujours attendre », a déclaré le maire de Sayabec, Marcel Belzile, dans un communiqué. Ce dernier admet que certains éléments ont dû être ajoutés au devis initial en cours de route. « Il faut dire qu’il y a eu un changement de gouvernement entre temps. Ce qu’on a constaté par la suite, c’est qu’il manquait des éléments. On a refait nos classes, et pendant qu’on a refait nos classes, le temps a filé évidemment, puis quand on a redéposé le dossier définitivement, on a eu une réponse négative, il n’y avait plus de budget. On a perdu les acquis qu’on avait », a indiqué monsieur Marcel Belzile.

Le directeur général de la municipalité de Sayabec, Joël Charest, n’a pas caché l’état d’urgence de la situation. « On est courant de la problématique, il n’y a pas une journée au bureau où on ne parle pas de la route du Lac Malcom. C’est un dossier qui nous préoccupe et qu’on aimerait vraiment débloquer », a-t-il admis. « Du côté des municipalités, on a fait nos devoirs. On attend impatiemment la lettre d’annonce du gouvernement », a-t-il poursuivi

Des travaux temporaires

Bien que l’accord financier de la réfection globale se fasse toujours attendre, certains travaux temporaires seront néanmoins apportés tout au long de la route. « Comme mesures temporaires, nous colmaterons les trous, nous baliserons mieux les endroits problématiques par des fanions et nous ajouterons une solution de calcium pour atténuer la poussière sur les portions gravelées », a-t-il été mention dans le communiqué du 30 mai.

Certaines de ces mesures à court-terme ont d’ailleurs été réalisées tout près du Camping du Lac Malcom, soit l’une des zones les plus ravagées. Les trois paroisses concernées par la problématique solutionnent actuellement pour apporter les correctifs nécessaires afin de rendre le trajet plus sécuritaire. « On a élaboré un plan », a confirmé monsieur Joël Charest en parlant des trois directions générales.

©Photo L'Avant-Poste – Carolanne D’Astous Paquet)

Certains travaux temporaires se font déjà remarqués dans le secteur de Sayabec.

©Photo L'Avant-Poste – Carolanne D’Astous Paquet

Située aux abords de la route du Lac Malcom, l’Auberge camping du Lac Malcom est grandement affecté par la problématique routière.

De lourdes répercussions touristiques

Les propriétaires de l’Auberge camping du Lac Malcom, Patricia et Frank Bazin, révèlent que le piteux état de la route leur inflige de graves conséquences. « J’ai perdu beaucoup de clients », a exprimé madame Patricia Bazin. Les crevasses dans la chaussée sont si importantes que les véhicules transportant les roulottes dévient souvent de leur trajectoire en frappant les nids de poules. Madame Bazin révèle qu’il n’est pas rare qu’un campeur brise de la vaisselle ou des équipements lors du transport. Quelques jours auparavant, un motorisé transportant une moto aurait littéralement perdu son engin après avoir percuté un trou. « On commence un peu à désespérer », a-t-elle ajouté. Conscients que la municipalité en charge du dossier déploie les efforts nécessaires pour faire avancer les choses, les propriétaires du site touristique sayabecois espèrent cependant qu’un dénouement positif se réalise.  

Notons que certains campeurs saisonniers du Lac Malcom ont même créé un regroupement ainsi qu’une pétition dans le but de faire progresser le dossier et surtout, afin de corriger temporairement les secteurs à risque.

©Photo L'Avant-Poste – Carolanne D’Astous Paquet

Des centaines de travailleurs sont contraints d'utiliser cette route à chaque jour.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média