Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

03 juin 2019

Carolanne d'Astous Paquet - cdastous@lexismedia.ca

Amqui : l’interruption du service d’obstétrique soulève l’inquiétude des mamans

SANTÉ

L’hôpital d’Amqui subira une découverture médicale du service d’obstétrique du 3 au 17 juin, au grand malheur des futures mamans de la Matapédia qui devront possiblement se rendre à Rimouski pour leur accouchement.

L’hôpital d’Amqui s’apprête à vivre une période de découverture médicale en obstétrique qui ne sera pas sans conséquences pour les femmes enceintes du territoire matapédien. La MRC de La Matapédia demande au CISSS du Bas-Saint-Laurent de rétablir le service dans les plus brefs délais.

Dans la foulée du départ du chirurgien général, le CISSS du Bas-Saint Laurent a confirmé que le service d’obstétrique serait interrompu du 3 au 17 juin dans l’établissement de santé matapédien. Bien qu’un nouveau chirurgien d’expérience ait été engagé du côté d’Amqui, ce dernier ne serait toutefois pas en mesure de réaliser des césariennes lors d’accouchements, pour une raison qui demeure nébuleuse encore à ce jour.

La MRC implore une solution

Ainsi, les accouchements prévus dans cette période de découverture du service d’obstétrique à l’Hôpital d’Amqui seront redirigés vers le centre hospitalier régional de Rimouski. À long-terme, cette incapacité d'offrir un service d’obstétrique à Amqui pourrait même se répéter à toutes les deux semaines, selon le CISSS. Si la MRC a récemment pris en main le dossier santé du territoire matapédien, c’est un nouveau combat qui s’annonce pour les membres du comité qui ont tenu un point de presse, pas plus tard que cet après-midi. « C’est un dossier qui nous préoccupe sérieusement », a lancé d’entrée de jeu, madame Chantale Lavoie, préfète de la MRC.

La MRC de La Matapédia demande alors au CISSS du Bas-Saint-Laurent, tenu responsable de répartir les médecins sur le territoire, de trouver une solution à cette problématique. « On est là pour dénoncer la situation qui est inconcevable. Ce qu’on demande au CISSS, c’est d’assurer ses responsabilités en termes de déploiement des ressources et de solutionner pour permettre aux femmes enceintes d’accoucher à l’hôpital d’Amqui, comme il se doit », a déclaré le maire d’Amqui, Pierre D’Amours.

©Photo L'Avant-Poste – Carolanne D’Astous Paquet

La MRC de La Matapédia exige une solution de la part du CISSS régional.

Les Matapédiennes incommodées à nouveau

Une jeune femme de Saint-Alexandre-des-Lacs dont l’accouchement est prévu pour le 13 juin, soit dans la période de découverture, affirme avoir appris la nouvelle lors d’un rendez-vous médical à Amqui. « Je suis arrivée au deuxième étage en obstétrique, il n'y avait personne au poste, les lumières fermées dans le passage... j'ai attendu que quelqu'un vienne me voir. Finalement je me suis informée et j'ai finalement vu l'infirmière et elle m'a expliqué la situation », a confié Audrey Caron, enceinte de son deuxième enfant. Certes, cette situation impose un stress organisationnel aux familles matapédiennes concernées.

« Ce qui est stressant surtout, c'est de ne pas savoir si ton conjoint sera présent à l'accouchement, et si je risque d'accoucher sur la 132 entre Saint-Moïse et Mont-Joli, en plus de la gestion de mon garçon de trois ans.... en tout cas! Déjà que l'accouchement est un événement stressant, on n’a pas besoin de stress supplémentaire... j'espère de tout coeur que ça va se régler dans un délai raisonnable », a ajouté Audrey Caron.

Rappelons que les échographies obstétricales sont présentement effectuées à Rimouski, par manque de médecin radiologiste. Dès ce mercredi, les femmes de la Vallée devront non seulement effectuer plus de 100 kilomètres de route pour une simple échographie, mais plusieurs d’entre elles devront possiblement donner naissance à Rimouski, ou pire, accoucher dans une ambulance. Un membre du personnel médical se verra cependant dans l’obligation d’accompagner la femme enceinte transférée à Rimouski par ambulance en cas de complications. Notons que le personnel médical d’Amqui, déjà en manque d’effectifs, devra également gérer la pression engendrée par la situation.

Un protocole mis sur pied

La jeune femme directement touchée par la situation contraignante aurait néanmoins reçu les indications nécessaires au bon déroulement de son accouchement à venir. « Ils m'ont dit de me rendre à l'hôpital d’Amqui quand même et qu'il y aurait quand même le personnel en obstétrique. Après avoir évalué si je suis vraiment en travail, ils m'enverraient à Rimouski en ambulance », a indiqué la mère de famille. 

Des pressions à plus haut niveau

Le député de Matane-Matapédia, Pascal Bérubé, travaille actuellement d'arrache-pied pour faire avancer le dossier. « Je suis en contact étroit avec le ministère de la santé, j’ai discuté avec le directeur de cabinet, j’ai discuté avec la ministre hier, je vais encore discuter avec elle aujourd’hui à Québec pour s’assurer qu’il n’y ait pas de rupture de service et pour s’assurer qu’il y ait deux chirurgiens », a-t-il affirmé. 

Le message est clair pour le député péquiste qui réclame une solution viable pour son compté. « Tant que je serai député de la Matapédia, jamais je vais accepter qu’on ait à se déplacer à Rimouski pour des services essentiels sur notre territoire. On ne va pas s’habituer à ça. »  

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média