Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

10 avril 2019

Carolanne d'Astous Paquet - cdastous@lexismedia.ca

Des Matapédiens s’opposent à l’exploitation pétrolière et gazière sur le territoire

HYDROCARBURES

©Photo L'Avant-Poste – Carolanne D’Astous Paquet

Le militant écologiste et initiateur du « Pacte pour la transition », monsieur Dominic Champagne, s’est rendu à la séance du conseil de la MRC de La Matapédia pour parler de l’importance de protéger les ressources du territoire et par le fait même, l’avenir des citoyens.

Une vingtaine de citoyens dont plusieurs membres du Comité vigilance hydrocarbures Vallée de la Matapédia ont assisté à la séance du conseil de la MRC, hier soir, afin de demander l'interdiction de tout projet de forage ou d’exploitation pétrolière sur le territoire.

Un possible projet de forage, visant à trouver des gisements d’hydrocarbures, plane à nouveau sur le vaste territoire de la Vallée de La Matapédia. Une entreprise détenant un permis de recherche d’hydrocarbures aurait d’ailleurs courtisé plusieurs municipalités de La MRC. L’entreprise en question envisagerait un projet de forage dans un territoire non organisé (TNO) de La Matapédia, aux abords de Lac-Humqui, Saint-Léon-le-Grand, Albertville et Sainte-Florence notamment.

Des citoyens inquiets

Soucieux de l’impact de ces activités minières sur l’environnement et la santé des Matapédiens, les membres du Comité vigilance hydrocarbures Vallée de la Matapédia sont allés à la rencontre des élus, le mardi 9 avril. « On peut agir, on peut s’opposer clairement, il y a un momentum à prendre. Ya pas d’argent à faire avec ça sur notre territoire, il n’y a que des impacts négatifs », a déclaré le porte-parole du comité, Stéphane poirier. Les élus ont également procédé à l'adoption de la déclaration citoyenne d’urgence climatique (DUC), au bonheur des citoyens présents. 

Un Micmac de la communauté de Listuguj, monsieur Ira Gray, s’est déplacé à cette dernière séance afin de parler de l’importance de la protection de l’environnement, plus particulièrement de la précieuse ressource qu’est l’eau. « Je suis ici aujourd’hui pour vous parler de la bataille que je suis en train de livrer, la bataille pour la préservation de l’eau, pour l’avenir de nos enfants. C’est une situation très importante, je connais des gens très près de moi qui vivent près des pétrolières. L’eau qui sort de leur robinet est contaminée, elle peut s’enflammer », a exprimé l’homme autochtone accompagné de l'artiste Marian D'Arc Peter, aussi militante écologiste originaire d’Amqui.

La MRC de la Matapédia a toutefois reporté la prise de position en ce qui concerne la possibilité d’explorer et d’exploiter des hydrocarbures sur son territoire. « On prend le temps d’évaluer ça, de regarder qu’on a dit et ce qu’on a fait auparavant pour être conséquent », a indiqué la préfète de la MRC, madame Chantale Lavoie. Les élus prendront alors quelques semaines supplémentaires pour étudier le dossier afin de se positionner prochainement.

©Photo L'Avant-Poste – Carolanne D’Astous Paquet

L'homme de la réserve de Restigouche a lancé un cri du coeur aux élus en compagnie d'une militante écologiste native d'Amqui.

Un cri du cœur

Présent lors de la séance d’hier soir, l’ancien maire et membre du Comité vigilance hydrocarbures de la Vallée, Michel McNicoll, a vivement manifesté son opposition vis-à-vis le retour des activités minières en région. « La Vallée de la Matapédia, c’est pas avec le pétrole qu’on veut l’identifier. On est mieux de développer nos forêts comme il faut, en valorisant nos belles ressources. »

Michel McNicoll ne cache pas que son engagement dans ce combat provient essentiellement de sa volonté d’assurer un bel avenir à sa progéniture ainsi qu’à toute la communauté de La Matapédia. Ce dernier déplore également le manque d’informations relativement aux risques que peuvent comporter le forage. « Admettons qu’ils font un forage qui atteint la nappe phréatique, on pourrait se retrouver sans eau potable, c’est grave. »

Des séances de consultation en vue

Tant du côté des citoyens que des élus, des séances d’informations au sujet des hydrocarbures pourraient être mises en place. « La prochaine étape, c’est de s’assurer que les élus soient informés de façon indépendante. Ils semblent ouverts à faire appel à des experts pour des rencontres », a précisé Stéphane Poirier, membre du comité vigilance hydrocarbures et enseignant au CMEC.

La préfète de la MRC, madame Chantale Lavoie, demeure ouverte à l’idée d’instaurer ces séances d’informations auprès des élus. « On a prévu faire ça, ça vient peut-être ajouter des délais pour la prise de position, mais on va essayer. » 

« Il faudrait qu’il y ait un référendum dans la Vallée, organisé par la MRC. Il faut qu’il y ait plus d’éducation sur le sujet, idéalement une séance d’information pour le bien de tous. Il y a des enjeux qui s’en viennent, il faut que tous les Matapédiens soient impliqués dans l’avenir de La Matapédia », a affirmé Michel McNicoll lors d’une entrevue.

Rappelons que la MRC de La Mitis a pour sa part pris position en votant contre tout projet d’hydrocarbures sur son territoire. Mentionnons que le conseil des maires de la MRC d’Avignon a adopté un projet de règlement visant à protéger adéquatement son territoire de l’activité minière. Il sera notamment interdit de pratiquer toute activité minière dans l’ensemble des périmètres d’urbanisation avec une bande de protection de 1 000 mètres.

Commentaires

14 avril 2019

evelyne imbeault

Pensons-y ,l'avenir de notre belle vallée de la Matapédia

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média