Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

29 mars 2019

Stéphane Quintin - squintin@lexismedia.ca

Deux clubs de motoneige, de la Matanie et la Matapédia, reçoivent 330 000 $ pour des dameuses

Sentiers de motoneige

Annonce club motoneige Matane Matapédia

©Stéphane Quintin - L'Avant-Poste

De gauche à droite, Rémi Massé, député fédéral, Danis Pelletier, administrateur de la Gaspésie à la FCMQ, Daniel Bérubé, président du club Motoneige Vallée Matapédia, Michel Desrosiers, agent de liaison à la FCMQ et Patrick Saucier, du club Les Amoureux de la motoneige.

Les clubs Les Amoureux de la motoneige et Motoneige Vallée Matapédia ont respectivement reçu 168 000 $ et 170 000 $ du gouvernement canadien pour les aider dans l’achat de deux surfaceuses pour la prochaine saison, estimées à 676 000 $ au total, pour l’entretien de près de 650 km de sentiers.

L’annonce de cette contribution financière non remboursable de Développement économique Canada (DEC) pour les régions du Québec a été faite le 29 mars au Relais Place des sports de Matane par le député d’Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia, Rémi Massé, au nom du ministre de l’Innovation, des Sciences et du Développement, Navdeep Bains, responsable de DEC et dont M. Massé est par ailleurs le secrétaire parlementaire. Les fonds ont été consentis dans le cadre de l’Initiative de tourisme hivernal déployée par le gouvernement, qui soutient l’acquisition d’équipement pour l’entretien des sentiers de motoneige et de ski de fond, et qui a été dotée d’une enveloppe de 10 M$, en vigueur jusqu’au 31 mars 2020. Les 330 000 $ accordés permettront, couplés avec du financement issu des deux clubs ou encore de la Fédération des clubs de motoneigistes du Québec (FCMQ), de favoriser l’acquisition de nouvelles surfaceuses et d’équipement connexe. Les Amoureux de la motoneige, responsables de l’entretien de 340 km de sentiers, ont dépassé les 850 membres annuels tandis que le club Motoneige Vallée Matapédia, en charge de 305 km de sentiers, peut compter sur près de 700 membres.

Un moteur économique régional

En pleine expansion dans la région, la pratique de la motoneige a généré des revenus touristiques grandissants grâce à la connexion, il y a deux ans, du réseau de sentiers gaspésiens avec celui du Nouveau-Brunswick par le club Motoneige Vallée Matapédia, qui permet l’arrivée sur la péninsule de visiteurs issus des provinces maritimes et des États-Unis. « Du point de vue de l’hébergement et de la restauration, cette interconnexion avec le Nouveau-Brunswick a permis d’amener de l’argent neuf dans la région », s’est réjoui le président du club matapédien, Daniel Bérubé, en évoquant des retombées financières pouvant se chiffrer en millions de dollars. « Il y a un proverbe selon lequel tu ne peux pas te considérer comme un vrai motoneigiste tant que tu n’as pas effectué le tour de la Gaspésie. Depuis trois à quatre ans, la région a connu un véritable essor de la motoneige et nous sommes passés de la 5e région québécoise, en termes de fréquentation, à la 3e depuis, derrière les Laurentides et le Saguenay–Lac-Saint-Jean », a précisé Michel Desrosiers, agent de liaison pour la FCMQ.

« C’est un sport qui permet la survie de plusieurs petits villages de région dans lesquels des relais se sont développés pour les motoneigistes, avec des retombées intéressantes. » - Rémi Massé, député d’Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia

Un soutien pour l’économie locale

L’hiver dernier, sans des investissements équivalents du gouvernement du Canada dans la Haute-Gaspésie, faute de nouveaux équipements pour entretenir les sentiers, le tour de la Gaspésie en motoneige n’aurait pas été possible, ce qui aurait fragilisé les retombées économiques, estimées à pas moins de 60 M$ pour la région. « La Gaspésie bénéficie de sentiers de motoneige parmi les plus beaux de la province, entre les paysages du fleuve et les montagnes. Nous sommes assis sur une vraie mine d’or, avec de la neige en abondance. C’est un sport qui permet la survie de plusieurs petits villages de région, dans lesquels des relais se sont développés pour les motoneigistes, avec des retombées intéressantes », a déclaré le député fédéral, lui-même adepte de cette activité, en évoquant les évolutions technologiques réalisées depuis son enfance, qui permettent aujourd’hui de partir pour des randonnées de près de 500 km par jour. Les nouvelles dameuses permettront d’assurer l’entretien et la sécurité des sentiers de la région de manière plus efficace.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média