Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

07 mars 2019

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Rémi Massé et Diane Lebouthillier se rangent derrière Justin Trudeau

POLITIQUE FÉDÉRALE

Rémi Massé et Diane Lebouthillier

©Photo Dominique Fortier - L'Avant-Poste

Rémi Massé et Diane Lebouthillier n'ont aucune intention de démissionner de leur poste dans la foulée du scandale SNC-Lavalin.

Les deux députés gaspésiens, Rémi Massé et Diane Lebouthillier, ont décidé de se ranger derrière leur chef, Justin Trudeau, dans la foulée de la saga SNC-Lavalin.

Le Parti libéral est plongé en pleine tempête autour de la possible ingérence du Premier ministre, Justin Trudeau, auprès de la Procureure générale du Canada pour éviter un processus judiciaire dans l'affaire, SNC-Lavalin. L'entreprise a été prise dans un scandale de corruption et de fraude envers la Libye.

Or, au cours des dernières semaines, le Parti libéral a vu trois de ses ténors quitter son cabinet, soit Jody Wilson-Raybould, ex-procureure générale du Canada et l'ex-présidente du Conseil du Trésor, Jane Philpot en plus de Gerald Butts, qui oeuvrait jusqu'à tout récemment comme secrétaire principal du Premier ministre.

Malgré cette tourmente, Justin Trudeau peut compter sur ses deux députés gaspésiens qui ont réitéré leur confiance envers leur chef. « J'appuie notre Premier ministre et notre gouvernement. Ça aurait été un scandale si on ne s’était pas posé des questions, si on n’avait pas examiné différentes options pour pouvoir maintenir 9 000 emplois au Canada », a confié le député Rémi Massé

Selon ce dernier, il était essentiel de poser les bonnes questions et d'aller au fond des choses. « Je souhaitais qu’on puisse entendre l’ensemble des acteurs dans ce dossier-là et c’est ce qu’on fait présentement. Gerald Butts a témoigné devant le comité de la Justice et, il a amené un éclairage nouveau parce que sa perspective est contraire à celle qui a été présentée à venir jusqu’à présent. Butts est pour moi un témoin très crédible », estime Rémi Massé qui croit que les citoyens seront en mesure de tirer leurs propres conclusions.

Diane Lebouthillier fidèle à son chef

La députée de Gaspésie-Les Îles-de-la-Madeleine et ministre du Revenu national est catégorique et se range derrière son chef Justin Trudeau malgré la tempête qui frappe de plein fouet le navire du gouvernement libéral. Donc pas question de quitter malgré les forts vents qui font chanceler le vaisseau-mère.  « Il n’en est pas question! J’ai confiance en M. Trudeau, j’ai confiance en mes collègues qui sont autour de la table et en mes collègues députés.

La ministre avoue que des discussions « robustes » ont eu lieu au cabinet du premier ministre, mais que le tout est encouragé par Justin Trudeau lui-même et qu’en bout de ligne, ce dernier a l’appui de son équipe et des caucus libéraux à travers le Canada. « Je ne sens pas la population en crise; je sens la population très en confiance », ajoute Diane Lebouthillier.

Quant au dossier SNC-Lavalin en tant que tel, la ministre rappelle que la Canada travaille actuellement pour mettre en place des accords de réparation. « Ça se fait dans tous les pays de l’OCDE [Organisation de coopération et de développement économiques] et l’an dernier aux États-Unis, on a signé plus de 40 accords de réparation pour des grandes entreprises. Ça ne donne pas un chèque en blanc pour faire ce qu’elles veulent. Ce qu’on veut faire, c’est changer la culture de certaines entreprises. On ne veut pas non plus que des gens qui ont été malhonnêtes pénalisent plus de 100 000 personnes. C’est de ça qu’on parle quand on parle de SNC-Lavalin. Ceux qui ont eu des comportements criminels devront être accusés au criminel », conclut-elle.

En collaboration avec Carolanne D'Astous-Paquet et Jean-Philippe Thibault.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média