Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

29 janvier 2019

Stéphane Quintin - squintin@lexismedia.ca

Arrivé à Matane, l’Apollo entame une période d’essais avant de remplacer le CTMA Vacancier

Traversier

Apollo traversier Matane STQ

©Stéphane Quintin - L'Avant-Poste

L’Apollo, traversier temporaire dont la STQ a fait l’acquisition en janvier pour près de 2,1 M$, est arrivé à Matane le 28 janvier, quelques jours avant de remplacer le CTMA Vacancier, le temps d’une période d’essais.

L’Apollo, navire dont la Société des traversiers du Québec a fait l’acquisition en janvier, au coût d’environ 2,1 M$, pour pallier l’arrêt du F.-A.-Gauthier, dont la cale sèche à Lévis serait sur le point de se terminer, a fait son entrée à Matane le 28 janvier. Il entrera en service début février, après une période d’essais de quelques jours et devrait rester à Matane jusqu’à la fin du mois d’avril.

Arrivé lundi dernier à Matane, après avoir navigué depuis Terre-Neuve, l’Apollo entame une période d’opérationnalisation de quelques jours, durant laquelle des essais en mer seront effectués, ainsi que certains aménagements, notamment dans la cuisine. Selon le porte-parole de la STQ, Alexandre Lavoie, en plus d’une équipe de bord de 11 personnes, l’équipage à terre devait embarquer aujourd’hui pour s’assurer que tout est prêt pour accueillir au mieux la clientèle. Des tests seront aussi effectués aux embarcadères de Godbout et Baie-Comeau à cette occasion. Malgré la demande de la Société des traversiers du Québec de prolonger la disponibilité du CTMA Vacancier à Matane au-delà du 31 janvier, la compagnie doit rapatrier son navire vers les Îles-de-la-Madeleine, où la liaison entre Cap-aux-Meules et Souris doit être assurée dès le 2 février. « La CTMA n’est pas insensible à la situation vécue par les usagers du service de traversier entre Matane et la Côte-Nord, et c’est pourquoi le CTMA Vacancier a été envoyé en renfort aussi longtemps que possible », mentionne un communiqué de presse émis par la compagnie le 29 janvier.

« À moins que des besoins soient identifiés d’ici là ailleurs sur notre réseau, notre objectif reste toujours de revendre l’Apollo une fois qu’il ne sera plus requis. » - Alexandre Lavoie, porte-parole de la Société des traversiers du Québec

Une acquisition temporaire ?

Pour la Société des traversiers, l’objectif est toujours de revendre l’Apollo lorsqu’il ne sera plus requis. Cette acquisition temporaire du navire a dispensé la compagnie de rebaptiser ce nouveau traversier de leur flotte, construit en 1970. Selon M. Lavoie, l’Apollo bénéficie par ailleurs de tous les papiers nécessaires pour pouvoir naviguer, Transport Canada ayant prolongé la certification du navire jusque fin juin, alors qu’il aurait dû entrer en cale sèche. « Notre objectif était de pouvoir l’utiliser le plus tôt possible. Cette prolongation de la certification signifie que l’Apollo est en bonnes conditions », a-t-il mentionné. Quant à son démantèlement potentiel, en cas de difficultés à le revendre, la STQ ne l’envisage que « potentiellement », préférant mettre l’accent sur leur plan A, qui consiste à tout faire, le moment venu, pour trouver un nouvel acquéreur. « À moins que des besoins soient identifiés d’ici là ailleurs sur notre réseau, notre objectif reste toujours de revendre l’Apollo une fois qu’il ne sera plus requis », a déclaré le porte-parole de la STQ.

Un traversier plus récent acheté d’ici au printemps

Sur le système électronique d’appel d’offres du gouvernement du Québec, la Société des traversiers a émis un avis d’intention détaillant sa volonté d’acquérir un navire de relève permanent pour la traverse Matane–Godbout–Baie-Comeau, dans lequel la compagnie précise que la date de mise en service du navire devra remonter au maximum à 2009, qu’il devra avoir une capacité de transport de 120 à 150 véhicules et 600 passagers, être classé pour la glace et, enfin, qu’il devra être livré au plus tard à Québec le 31 mars 2019. Les fournisseurs intéressés ont jusqu’au 5 février pour se prononcer. « La STQ souhaite être entièrement autonome dans la gestion de sa flotte et devra devenir l’unique propriétaire de ce navire », est-il annoncé dans cet avis.

Apollo traversier Matane STQ

©Stéphane Quintin - L'Avant-Poste

L'Apollo a fait son apparition sur la ligne d'horizon du port de Matane en début d'après-midi le lundi 28 janvier.

Ce nouveau traversier permanent, en plus d’assurer la relève du F.-A.-Gauthier durant les périodes d’arrêts techniques et de cale sèche planifiées ou non, à tout moment de l’année, sera utilisé aussi sur le reste réseau en dehors de ces périodes. « L’objectif est d’utiliser ce nouveau navire permanent au mieux et surtout de ne pas le laisser à quai lorsque le F.-A.-Gauthier est opérationnel. Toutes sortes de scénarios sont envisagés pour utiliser notre flotte de manière optimale, la plus flexible possible », a souligné M. Lavoie, conscient que l’Apollo, pouvant accueillir 80 véhicules et 240 passagers, n’avait pas la capacité suffisante pour assurer la relève en période estivale. Selon le porte-parole de la STQ, avant la fin de la certification prolongée de l’Apollo, ce nouveau traversier ou le F.-A-Gauthier, dont la cale sèche devrait se terminer prochainement, pourraient ainsi être opérationnels dès la fin du mois d’avril.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média