Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

23 janvier 2019

Carolanne d'Astous Paquet - cdastous@lexismedia.ca

Un artiste forestier de Saint-Moïse propose un concept inusité

simon bérubé artiste

©Photo Gracieuseté - Simon Bérubé

Un artiste originaire de Saint-Moïse s’inspire de ses racines pour créer des œuvres d’art uniques.

Illustrateur professionnel, Simon Bérubé délaisse le domaine de l’animation et des jeux vidéo pour créer des œuvres d’art réalisées à partir de matériaux récupérés sur ses terres matapédiennes.

Après une brillante carrière d’une dizaine d’années dans l’univers des jeux vidéo, Berubey, de son nom d’artiste, lance sa propre entreprise de création artistique en 2017. Le trentenaire originaire de Saint-Moïse récolte les arbres abîmés et les bois de cerfs sur ses terres pour en confectionner des créations hors du commun. L’artiste met à profit sa grande créativité en mélangeant notamment l’art digital, la peinture et l'ébénisterie. 

Inspiré par ses racines

Bien qu’il soit citoyen de la Ville de Québec pour le moment, Simon Bérubé garde un lien privilégié avec sa région natale.

« J'ai quand même toujours gardé un pied à terre à Saint-Moïse, je me suis acheté des terres il y a une dizaine d’années, puis l’année passée, moi et mon plus jeune frère on a racheté la ferme familiale », a-t-il affirmé.

Officiellement gestionnaire de sa ferme familiale d’élevage de cerfs roux à Saint-Moïse, Berubey réutilise le bois déclassé, surtout le cèdre, l’écorce de bouleau et les panaches de cerfs de sa ferme pour matérialiser son art. « J'utilise une technique mixte amalgamant l’art de rue, les arts digitales, la peinture et l'ébénisterie pour créer un univers de contrastes à mi-chemin entre le rustique et l'urbain », a-t-il indiqué sur son site web. Certes, l’utilisation du bois brut à travers les œuvres de Berubey illustre bien ses racines matapédiennes.

La fibre entrepreneuriale

Si le côté créatif a toujours fait partie de l’ADN de l’artiste, c’est également son grand intérêt pour l’entreprenariat qui a justifié son virage professionnel. À la fois artiste, entrepreneur et agriculteur, Simon Bérubé combine présentement ses plus grandes passions. « Je fais comme du 50/50, je travaille à mon compte comme artiste et j’ai une partie de ma vie que je fais de l’agriculture et de la foresterie, j’ai des gars qui bûchent pour moi entre autres », a-t-il révélé en ajoutant qu’il souhaite s’affirmer davantage comme artiste.

Un retour espéré dans la Vallée

L’artiste forestier souhaite revenir s’établir dans La Matapédia à temps plein.

« Ce que j’aspire vraiment c’est de revenir par ici, de développer ma compagnie et de développer ma région aussi », a exprimé l’homme de 33 ans qui souhaite diffuser son art au maximum.

Notons que Berubey a une quinzaine d’œuvres à son actif. Pour l’instant, l’artiste expose exclusivement à la Galerie d’art Urbania de Québec. Certaines de ses oeuvres sont aussi visibles dans des lieux publics. Simon travaille présentement sur un projet d'exposition dans la Vallée de La Matapédia, à Montréal en plus d'un pourparler au niveau canadien. Pour en savoir plus ou pour découvrir les oeuvres de Berubey, veuillez visiter sa page facebook et son site web

©Photo Gracieuseté

Simon Bérubé aux côtés de son oeuvre conçue à partir de bois de cerf provenant de sa ferme.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média