Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

23 janvier 2019

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Assouplissements des règles sur l'enregistrement des armes à feu

©Photo Gracieuseté - pexels.com

Les propriétaires d'armes d'épaule ont jusqu'au 29 janvier pour se conformer à la loi.

EN COLLABORATION AVEC JEAN-PHILIPPE THIBAULT - La ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbaut a dévoilé les assouplissements mis en place concernant l'enregistrement des armes à feu.

Décrié par plusieurs organisations dont la Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs, le registre des armes à feu ne sera pas aboli mais certaines modifications y seront toutefois apportées. « Je suis consciente qu'il existe une certaine opposition face au registre liée à certains irritants mais la loi, c'est la loi donc tout le monde devra s'y conformer d'ici le 29 janvier », a lancé la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault.

Du même souffle, la ministre du nouveau gouvernement de la Coalition Avenir Québec a admis être sensible aux doléances des détracteurs. « C'est pourquoi nous proposons un processus d'enregistrement plus efficace et convivial », a-t-elle ajouté.

Ainsi, la première modification réside dans la durée autorisée avant de devoir déclarer un changement temporaire de lieu d'une arme. Actuellement, la durée est fixée à 15 jours mais celle-ci pourrait passer à 30 jours après analyse par le ministère de la Sécurité publique.

Le deuxième changement fera en sorte que les propriétaires d'armes à feu n'auront plus à mesurer la longueur du canon lors de l'enregistrement de celle-ci.

Finalement, l'enregistrement du numéro de série de l'arme à feu sera le seul élément requis pour le registre. On abolit ainsi le deuxième numéro d'immatriculation qui était nécessaire dans la loi.

Geneviève Guilbault

©Photo Martin Guindon - L'Avant-Poste

La ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault.

Peu d'enregistrements à ce jour

Selon les dernières données disponibles, seulement 321 450 armes avaient été enregistrées sur les quelque 1,6 millions qui circuleraient au Québec. C’est à peine plus de 20%. Bien qu’un blitz sera probablement observé dans le dernier droit, force est de constater que la majorité des propriétaires ont boudé jusqu’ici la démarche, bien que le coût d’enregistrement soit gratuit.

Les retardataires pourront toujours enregistrer leurs armes à feu après la date butoir du 29 janvier. Toutefois, la ministre Guilbault a précisé que les propriétaires d'armes qui auraient eu des difficultés techniques lors de l'enregistrement seraient considérés comme « ayant respecté la loi ». Les autres propriétaires pris en flagrant délit s’exposent à des amendes variant entre 500$ et 5 000$. On a cependant ressenti une certaine souplesse dans les discours de la ministre et du directeur de la Sûreté du Québec dans l'application stricte des pénalités après la date butoir.

Alain Poitras

©Photo Dominique Fortier - L'Avant-Poste

Le président de la section régionale Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine de la Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs, Alain Poitras.

Rappelons que la loi cible les armes à feu communément appelées « armes d’épaule ». Ce sont généralement des armes utilisées pour la chasse, comme les fusils ou les carabines. Elles représentent environ 95 % des armes à feu présentes sur le territoire du Québec. « Ce registre ne sert absolument à rien, a réagi le président de la Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs, Alain Poitras. Nous sommes visés inutilement. Jusqu'à maintenant, on a investi 100 millions dans ce registre au lieu d'investir dans l'éducation ou la santé mentale. Cet argent, ce ne sont pas seulement les chasseurs qui la débourseront mais tout le monde, incluant ceux qui aiment les animaux. Tout le monde va payer. On n'a pas le choix car ça va leur prendre de l'argent pour payer ça. »

Tous les propriétaires présents sur le territoire du Québec sont visés, y compris les autochtones. Le registre peut être rempli au siaf.gouv.qc.ca.

Commentaires

23 janvier 2019

Robin Tremblay

Oui tout le paye même ceux qui ne chasse pas, gaspillage d'argent et de temps. Tu as ta carte acquisition/ possession et cela devrait s'arrêter là. Mettre l'argent à la bonne place ils en sont incapable. On devrait tous chasser a l'arbalète pas d'arme à feu.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média