Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

06 juin 2018

Jean-Philippe Langlais - jplanglais@lexismedia.ca

Les effets redoutés du bas prix du lait

©Photo gracieuseté

MANQUE À GAGNER. La baisse du prix du lait a des répercussions chez les producteurs qui doivent essuyer, mois après mois, des pertes financières importantes.

Le prix du lait, payé aux producteurs, se trouve présentement dans un creux jamais vu depuis 2004. En l'espace d'un an seulement, le prix au litre a chuté dramatiquement. « Ça affecte tout le monde. Il reste environ 5 500 producteurs de lait au Québec, dont une soixantaine dans La Matapédia. On est passé de 71 cents l'an passé – qui était un prix déjà plus bas que les années d'avant – à 64 cents le mois dernier. C'est des grosses pertes », souligne le président de l'Union des producteurs agricoles (UPA) pour La Matapédia et producteur de lait à Val-Brillant, Bruno D'Astous.

Depuis plus de 10 ans, le prix à la ferme n'a pas augmenté. -Bruno D'Astous

Projets sur la glace

La ferme laitière moyenne au Québec compte 70 vaches. La baisse du prix du lait peut représenter des pertes allant jusqu'à 2 000 $ par mois pour le producteur. « Dans mon cas, j'ai seulement 35 vaches. C'est 4 000 $ de moins en salaire entre janvier et mai, comparativement au prix payé l'an passé », illustre M. D'Astous.

Devant cette situation, les producteurs de lait n'ont d'autres choix que de reporter des projets d'investissements ou des dépenses qui étaient prévues dans le budget de l'année en cours. « Chaque ferme est obligée de couper dans ses dépenses au minimum. Depuis plus de 10 ans, le prix à la ferme n'a pas augmenté. Pour réussir à survivre, les fermes ont augmenté leur volume de production de beaucoup. Pour augmenter ce volume, il a fallu investir dans l'équipement et les bâtiments. Le prix ne suit pas. Il ne semble pas vouloir remonter », constate Bruno D'Astous.

Le bas prix du lait peut refroidir les ardeurs de ceux intéressés à prendre la relève d'entreprises agricoles. L'UPA et les Producteurs de lait du Québec sont déjà très actifs dans le dossier. L'objectif: rétablir le prix du lait afin de permettre de couvrir, à tout le moins, les coûts de production.

« Le système de gestion de l'offre indique, selon les ententes passées, qu'un mécanisme se déclencherait pour soutenir la production après un certain niveau de baisse de prix. Ça prend le bon vouloir des dirigeants en place pour le déclencher. Je pense qu'à 64 cents, c'est le temps », estime M. D'Astous.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média