Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

03 octobre 2018

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Les Maisons des jeunes d’Amqui et Matane s’outillent sur la légalisation du cannabis

MDJ Amqui

©Photo Gracieuseté

Les différents intervenants jeunesse étaient réunis pour une conférence portant sur la légalisation du cannabis.

Les Maisons des jeunes d’Amqui et Matane ont organisé une conférence en compagnie d’experts en psychologie et dépendance afin d’outiller les intervenants face à la légalisation du cannabis.

La conférence donnée par Dre Laurence D’Arcy, psychologue et spécialiste en dépendance avait pour but de démystifier certains enjeux liés à la légalisation dont l’encadrement ainsi que les droits et responsabilités de chacun. Il a également été question de prévention et du produit en tant que tel, soit la qualité de celui-ci, ses effets sur la santé et ainsi de suite.

Puisque le sujet est brûlant d’actualité, les invitations se sont étendues à l’ensembles des intervenants jeunesse du Bas-Saint-Laurent. Pour la coordonnatrice de la Maison des jeunes de Matane, Cindy Desrosiers, les informations reçues pendant cette journée sera bénéfique pour tous. « Nous voulons avoir un message clair et commun à transmettre aux jeunes. Nous souhaitons également être en mesure de bien répondre à leurs questions. Nous voulions aussi savoir quand il est pertinent d’intervenir », explique-t-elle.

Un des dangers de la légalisation du cannabis est la banalisation par les jeunes mais aussi par les parents. « Parfois ce n’est pas nécessairement l’adolescent qui consomme mais bien ses parents. Qu’est-ce qu’on doit faire dans ce temps-là comme intervenant jeunesse? » Bien que les Maisons des jeunes ne veulent pas devenir la « police du pot », il y a tout de même des aspects à considérer, notamment en ce qui a trait aux conséquences légales d’un jeune qui se ferait prendre en possession de cannabis. « Il y a aussi lieu de faire le parallèle avec l’alcool et ses effets », poursuit Cindy Desrosiers.

Pour les responsables des Maisons des jeunes, la meilleure façon de soutenir et aider les adolescents qui fréquentent ces lieux de rassemblent leur étant dédiés est d’avoir en main toutes les informations nécessaires afin qu’ils fassent les choix les plus éclairés possibles.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média