Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

14 mai 2018

Jean-Philippe Langlais - jplanglais@lexismedia.ca

Un ballon-sonde employé pour la lutte contre la tordeuse

SCIENCE. Des chercheurs de Ressources naturelles Canada seront de passage dans La Matapédia, cet été, afin d'expérimenter un nouvel équipement dans le but de traquer la tordeuse des bourgeons de l'épinette.

Les scientifiques comptent employer un ballon-sonde, appelé Helikite, auquel est accroché un filet. Grâce à cet outil, ils pourront capter l'insecte et ainsi en savoir plus sur la tordeuse en phase de migration.

Ça n'a pas encore été expérimenté chez nous. On veut le faire pour la tordeuse -Yan Boulanger

« On a besoin de savoir dans quelles conditions la tordeuse migre, si ce sont des mâles ou des femelles, si elles portent des œufs… L'un des meilleurs moyens pour échantillonner ces papillons, c'est de les échantillonner à l'altitude à laquelle ils migrent. Souvent, c'est en haut de 150 mètres, voire 200, 400 ou 800 mètres d'altitude », précise le chercheur scientifique en écologie forestière au Centre de foresterie des Laurentides de Ressources naturelles Canada, Yan Boulanger, en entrevue à L'Avant-Poste.

Ce procédé constitue une première au Canada. Cette technologie développée en Europe, a notamment été employée au Texas, pour caractériser d'autres espèces en phase de migration. « Ça n'a pas encore été expérimenté chez nous. On veut le faire pour la tordeuse », soutient M. Boulanger.

Terrain vaste recherché

Les scientifiques de Ressources naturelles Canada prévoient se rendre dans La Matapédia, au pic de la période de migration, dans la 3e semaine du mois de juillet. Afin d'expérimenter l'Helikite, les chercheurs doivent pouvoir compter sur un terrain vaste et dégagé. Les tests s'effectueront principalement de nuit, pendant les déplacements de la tordeuse.

« Le mieux, c'est de se trouver à des endroits proches des foyers d'infestation, et il y en a beaucoup dans la Vallée de La Matapédia. Vu qu'on relâche un ballon, on ne peut pas faire ça dans le bois, ça nous prend un endroit ouvert, préférablement des champs. Le ballon serait opéré entre 18 h le soir jusqu'à 2 h du matin, pour être certain de capturer un maximum d'individus puisqu'ils sont nocturnes », indique Yan Boulanger.

Les propriétaires de terrains vastes dans La Matapédia qui souhaitent rendre accessible une parcelle de terre à l'équipe de chercheurs de Ressources naturelles Canada peuvent contacter M. Boulanger, au 418 648-5834.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média