Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Opinion

Retour

25 Juillet 2017

Stevens Turgeon - redactionamqui@lexismedia.ca

La pêche au lac Matapédia

©Photo gracieuseté

À Val-Brillant, plusieurs citoyens se sont plaints à la municipalité (résolutions 64-02-2016 et 42-02-2017) de la diminution des prises de la truite mouchetée dans les dernières années.

Ce qui a changé la donne à long terme, c’est l’ensemencement de la truite grise; 2500 à 3000 depuis 1979. Selon moi, la grise se nourrit de la truite mouchetée et se cannibalise entre elles quand les proies manquent, donc diminution observée par tous les pêcheurs de mouchetée et diminution des embarcations sur le lac Matapédia d’environ 75% en 2 ans; cause : mouchetée presque disparue et remise à l’eau des grises presque à 100%.

Des tests ont été faits il y a 2 ans, des filets ont été posés et plus de 200 grises ont été prises pour fin d’analyse. Aucune n’avait de truite mouchetée dans l’estomac. Pour ma part, je pense que c’est peut-être parce que l’été les grises se situent dans les fosses plus creuses où l’eau est plus froide, mais le reste de l’année l’eau est pratiquement à la même température partout, et là, les grises se mêlent avec les mouchetées. Quand nous capturons des grises dans 2 pieds d’eau sous la glace, on se demande bien que chasse-t-elle? Impossible de le savoir, il faut les remettre à l’eau.

Le problème ne vient sûrement pas des biologistes, ceux-là ont appris l’importance de la biodiversité, biodiversité, mot tellement à la mode de nos jours! Non, le problème semble venir du Ministère des forêts, de la Faune et des Parcs. Au Québec, les revenus de la grise se comptent en millions de dollars : location d’hébergement, essence, restauration, passe journalière, guide, taxes, pourvoirie, etc., un mirage de gros dollars qui semble surpasser le vison, martin-pêcheur, bexi, huard et même l’emblème de Val-Brillant le grand héron : tous se nourrissent principalement de la mouchetée.

Selon moi, l’ensemencement de la grise devrait être arrêté immédiatement. Nous devrions prioriser le réensemencement massif de la mouchetée de 2 pouces avec des géniteurs indigènes. Par cette action, dans quelques années, les pêcheurs de grise vont pêcher moins de truites grises, mais ne les remettront pas toutes à l’eau et les enfants ne seront pas obligés d’attendre l’ensemencement annuel de truites mouchetées de 10 pouces nourris à la moulée; évènement en passant pour initier les jeunes à la pêche « pas les adultes ». Ce serait agréable que les jeunes puissent pêcher de vraies truites sauvages tout l’été. Je pense qu’il y a vraiment urgence d’agir!

Stevens Turgeon

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média