Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Jeux du Québec

Retour

23 février 2017

Jean-François Desaulniers - redactionamqui@lexismedia.ca

La météo et l'endurance: des facteurs clés pour les fondeurs aux Jeux du Québec

©Photo-Gracieuseté

SKI DE FOND. S’il y a quelqu’un qui connaît bien les jeunes fondeurs de La Matapédia qui prendront part aux compétitions de ski de fond aux Jeux du Québec d’Alma, c’est bien Gilles Saint-Laurent, l’entraineur-chef du Club de ski du Mont-Climont. Selon lui, les conditions météorologiques auront un impact majeur sur les performances de ses trois protégés.

Rappelons que les fondeurs du Club Éloi Charest, Anne-Sophie Didier et Noémie Thériault sont qualifiés pour ces Jeux. Samedi, les fondeurs bas-laurentiens s’élanceront en style libre, le lendemain, ils prendront part au relais style libre alors que lundi, ce sera la compétition en style classique. Gilles Saint-Laurent est d’avis que chacun des athlètes a appris à mieux contrôler son stress depuis quelques années et que le facteur météo sera déterminant lors des épreuves.  

«Dans le cas d’Éloi Charest, il est classé comme sixième ou septième mais plusieurs variables entrent en jeu lorsque l’on arrive en compétition, notamment la météo. Il peut créer la surprise. Chez les filles, Noémie et Anne-Sophie, en équipe à relais, pourraient aller chercher une médaille parce qu’elles sont prêtes et préparées. Toutefois, samedi à Alma, on prévoit de la pluie et du temps très doux: cela vient jouer directement sur le fartage de grippe et sur la glisse », dit-il.

L’endurance et la gestion du stress : des facteurs déterminants

M. Saint-Laurent se base sur le rendement de ses protégés lors du Championnat jeunesse NORAM de Lanaudière pour dire qu’ils ont dû se forger tout un moral pour faire face aux meilleurs skieurs des autres régions.  Le cumul d’un certain nombre de podiums l’amène à aussi croire au potentiel des trois skieurs.

«Le Championnat NORAM, c’est très bien pour se développer le caractère et l’endurance. Ils ont tous une bonne technique. Ca fait six ans qu’ils participent à des compétitions majeures, notamment le NORAM qui regroupe 350 coureurs de l’Amérique du Nord», dit-il.    

Rappelons que la délégation en ski de fond de l’Est-du-Québec regroupe 12 athlètes et trois entraîneurs.  

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média